/entertainment/movies
Navigation

Une fable ludique

Le Québécois Ken Scott a relevé le défi de belle façon

Dhanush et Bérénice Béjo dans une scène du film L’extraordinaire voyage du fakir. 
Photo courtoisie, AZ Films Dhanush et Bérénice Béjo dans une scène du film L’extraordinaire voyage du fakir. 

Coup d'oeil sur cet article

En adaptant au grand écran le roman à succès L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, le cinéaste québécois Ken Scott dit avoir voulu réaliser une comédie ludique qui serait dénuée de tout cynisme. Il peut dire mission accomplie.

Ce film aux accents bollywoodiens est un vrai « feel good movie », une comédie d’aventures sans prétention qui se dévore avec plaisir malgré ses excès de bons sentiments et ses nombreuses scènes tirées par les cheveux.

L’extraordinaire voyage du fakir relate les aventures d’un petit arnaqueur de Mumbai (Dhanush) qui, après la mort de sa mère, décide de partir en voyage à Paris pour tenter de retrouver le père qu’il n’a jamais connu. Arrivé en France, il fait la rencontre d’une Américaine (Erin Moriarty) dont il tombe amoureux. Mais à la suite d’une série de malchances, il se retrouvera plongé dans une épopée rocambolesque à travers l’Europe en compagnie notamment d’un petit groupe de migrants somaliens.

Un beau voyage

Réalisateur de Starbuck et scénariste de La grande séduction, Ken Scott a déjà prouvé dans le passé qu’il excellait dans l’art de mélanger l’humour et le drame. Sans rien révolutionner, il propose avec L’extraordinaire voyage du fakir une fable légère et réjouissante qui nous amène en voyage de l’Inde à Paris en passant par l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie.

Les séquences qui se déroulent dans les rues de Mumbai respirent l’authenticité tandis que certaines scènes à grand déploiement (dont un spectaculaire numéro de danse à la Bollywood) en mettent plein la vue. Le film s’appuie sur une performance dynamique et sincère du charismatique acteur Dhanush, une grande star en Inde. Mais Scott a réussi à réunir autour de lui une belle distribution internationale composée notamment du Français Gérard Jugnot (en chauffeur de taxi parisien) et de la Québécoise Sarah-Jeanne Labrosse (convaincante dans la peau d’une jeune Américaine qui habite à Paris).

On pourra reprocher à L’extraordinaire voyage du fakir son abondance de clichés et l’extrême naïveté de son personnage principal. Mais pourquoi bouder son plaisir : cette comédie de Ken Scott procure un bon moment de plaisir et c’est ça l’important.

  • L’extraordinaire voyage du fakir (3/5)

Un film de Ken Scott

Avec Dhanush, Bérénice Béjo, Erin Moriarty, Sarah-Jeanne Labrosse et Gérard Jugnot