/entertainment/music
Navigation

Festival de la chanson de Tadoussac: une rare sortie pour Loco Locass

Le trio lancera la 36e édition du Festival de la chanson de Tadoussac

ART-SPECTACLE-LOCO-LOCASS
Photo d'archives, PASCALE LEVESQUE Loco Locass se produira jeudi sur la Scène Québecor, pour lancer la 36e édition du Festival de la chanson de Tadoussac.

Coup d'oeil sur cet article

Les occasions de voir Loco Locass sont de plus en plus rares. Les concerts du trio sont devenus des événements. Le trio lancera, jeudi, la 36e édition du Festival de la chanson de Tadoussac.

Batlam, Biz et Chafiik ne sont plus, depuis quelques années, dans la dynamique des tournées et des longues séries de spectacles. La formation monte sur scène trois ou quatre fois par année.

«On le fait pour ne pas perdre la main et aussi pour avoir le goût d’en faire d’autres», a indiqué Biz, lors d’un entretien.

Les grosses tournées sont dures pour le corps, l’esprit et pour les oreilles. «On monte trois ou quatre fois sur scène et ça nous permet de garder le meilleur», a fait savoir Biz, accompagné par Batlam, dans une brûlerie de la rue Saint-Jean.

Les sorties de Loco Locass deviennent, pour cette raison, des événements. Des rencontres avec les fans, avec qui le trio a tissé des liens au fil des ans, et des retrouvailles avec les musiciens qui accompagnent la formation.

Loco Locass s’est produit quelques fois au Festival de la chanson de Tadoussac. Biz et Batlam ont des souvenirs énormes, comme cette fois où ils ont joué devant une foule hyper compacte au Café du Fjord.

«Tadoussac, c’est un gros petit festival. Il y a assez de monde pour qu’il se passe quelque chose, mais ce n’est pas quelque chose de dénaturé, avec des barrières de sécurité de 20 pieds de long», a expliqué Biz.

Vaccin préventif

Il a l’impression, lorsqu’il débarque du traversier menant à Tadoussac, de poser ses pieds dans un autre monde.

«Il y a une coupure. Tu es ailleurs. C’est un autre pays du Québec», a-t-il dit.

Avec quelques concerts par année, Batlam mentionne que la tâche de se réapproprier de nombreux mots que l’on retrouve dans les chansons n’est pas trop complexe.

«On les a chantées tellement souvent qu’elles sont quelque part en nous. La mémoire du corps est assez extraordinaire», a-t-il précisé.

Avec la CAQ au pouvoir, Biz ne voit plus vraiment la pertinence de jouer l’hymne Libérez-nous des libéraux. Batlam est moins convaincu. La pièce a toujours été un moment fort des spectacles de Loco Locass.

«C’est une pièce qui parle de la souveraineté et qui dépasse la question du Parti libéral. Elle est tellement bonne. Je ne vois pas pourquoi on se priverait de la jouer. Et le risque existe toujours de voir les libéraux revenir au pouvoir», a fait remarquer Batlam.

«Ça serait donc à titre de vaccin préventif?» a demandé Biz.

Batlam indique que Loco Locass ne devrait pas, en suivant cette logique, faire Le But, parce que le Canadien n’a pas fait les séries.

«On n’a visiblement pas réglé nos affaires», a lancé Biz, amusé par la situation.

♦ La programmation est en ligne à chansontadoussac.com.