/sports/opinion/columnists
Navigation

Décisions délicates

Coup d'oeil sur cet article

Tout juste à la veille de reprendre le collier demain face aux Timbers de Portland, l’Impact fait face à des décisions difficiles qui pourraient avoir un effet important sur son avenir.

Et comme dans toute entreprise, les dirigeants peuvent faire des choix en fonction du court, du moyen et du long terme. Tout dépend de l’objectif et des bénéfices reliés à cette décision.

Depuis longtemps déjà, l’Impact a l’habitude de penser à court terme. Cette saison, l’équipe semble destinée à réemprunter cette voie. Parce que le Bleu-blanc-noir est deuxième au classement de l’Est, il n’a semble-t-il pas d’autres choix logiques que de tenter de profiter de cette position avantageuse.

À la suite de la blessure de Nacho Piatti, l’Impact aura assurément besoin de renfort quand la prochaine fenêtre des transferts s’ouvrira le 7 juillet. En plus d’une solution de rechange à l’Argentin, les dirigeants montréalais devront trouver un autre joueur de qualité semblable pour porter l’équipe plus loin encore.

Parce que, pour l’instant, il est là, le dilemme. Puisque l’Association de l’Est est plus ouverte que jamais, l’opportunité pour l’Impact de créer une surprise et de se faufiler le plus loin possible en séries est bel et bien présente. Mais pour ce faire, le club doit se prendre en main. Sans un remplaçant pour Piatti ET l’ajout d’un autre joueur de calibre international, les partisans du XI montréalais devront compter sur la chance plutôt que sur le talent pour les faire veiller tard cette saison.

D’un autre angle

L’Impact et ses partisans ne pourront pas souffrir le statu quo. Si les dirigeants restent assis sur leurs mains dans la prochaine fenêtre des transferts, c’est la saison 2019 qui risque de couler au grand complet.

Ça, c’est mon opinion. Maintenant, le Bleu-blanc-noir pourrait aussi décider de se tourner vers l’avenir. Sont-ils en mesure de trouver des joueurs qui n’aideront peut-être pas l’équipe immédiatement, mais qui sauront la renforcer pour plusieurs saisons à venir ?

D’après moi, l’approche à long terme est plus difficile à exécuter dans le soccer professionnel. Bien malin celui qui peut prédire le futur. Il est ardu de contrôler tous les paramètres et tous les détails d’une entreprise pour voir ses différentes parties fleurir au même moment. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une blessure, d’un imprévu, d’une tempête surprise.

La fête du soccer

Encore cet été, les amateurs de soccer de la planète sont choyés par le nombre de compétitions internationales. Pour les amateurs d’ici, la grande différence, c’est que nos équipes nationales masculines et féminines sont en action cette fois-ci.

D’abord à la Gold Cup, les hommes bénéficient d’un tour de chauffe avant d’entamer les qualifications en vue de la Coupe du monde. Dans ce tournoi, l’entraîneur John Herdman en profite pour mesurer ce que son équipe a dans le ventre.

Ancien directeur du programme féminin, Herdman était passé en novembre dernier pour expliquer son plan aux entraîneurs du Québec. Il a certifié n’avoir qu’un objectif en tête : qualifier le Canada pour le Mondial en 2022 au Qatar.

Mais ces dernières années, ce sont les équipes féminines qui ont fait briller le soccer canadien au niveau international.

Malheureusement, elles n’auront pas eu le succès espéré cette année en France à la Coupe du monde. Une défaite de 1 à 0 hier contre la Suède a privé les Canadiennes des huitièmes de finale. Une performance en dessous des attentes qu’on avait au pays.