/news/green
Navigation

Déjà quatre morts de baleines noires confirmées cette saison

Coup d'oeil sur cet article

Pêches et Océans Canada a confirmé, mardi soir, que deux autres baleines noires de l'Atlantique-Nord ont péri depuis le début de la saison dans le golfe du Saint-Laurent, faisant passer le total de décès à quatre.

Le ministère a indiqué qu'il travaille actuellement à repérer les carcasses dans deux mammifères. Si elles sont retrouvées, des nécropsies pourront être pratiquées pour tenter de déterminer la cause de leur mort.

Les deux carcasses ont été repérées au large de la péninsule acadienne et des Îles-de-la-Madeleine.

Cette nouvelle survient alors qu'une équipe de spécialistes a entamé, mardi, une nécropsie sur la carcasse de Punctuation, une baleine noire qui a été remorquée sur l'île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Cette femelle, bien connue des scientifiques, avait donné naissance à huit petits entre 1986 et 2016.

La baleine avait été repérée, flottant à la dérive le 20 juin. Les scientifiques ont déploré sa mort, compte tenu du déclin rapide des baleines noires, incapable de se reproduire à un rythme permettant de maintenir leur population.

On ne comptait plus que 411 baleines noires de l'Atlantique-Nord en 2011, selon Pêches et Océans Canada. Du nombre, seules quelques dizaines sont des femelles pouvant se reproduire. L'espèce est considérée comme en voie de disparition.

Après une année 2018 sans aucun décès de baleine noire rapporté dans les eaux canadiennes, l'année 2019 s'annonce bien plus meurtrière. Reste à savoir si elle sera aussi noire que 2017, où 18 carcasses avaient été dénombrées.

En 2017, Ottawa avait dû décréter en urgence des mesures, notamment la fermeture de zone de pêche et des limites de vitesse pour les navires, pour tenter de protéger les mammifères marins.