/news/routesenderoute
Navigation

Des maires du Lac-Saint-Jean se sentent oubliés avec la 169

Les Jeannois sont jaloux des Saguenéens et de la nouvelle route 175

La route 169 entre Hébertville et la jonction avec la 175, dans la réserve faunique des Laurentides, fait dur à plusieurs endroits. « Il y a tellement de trous qu’on dirait un terrain de golf », a ironisé un citoyen qui réside près du km 71. 
Photo Jean-Luc Lavallée La route 169 entre Hébertville et la jonction avec la 175, dans la réserve faunique des Laurentides, fait dur à plusieurs endroits. « Il y a tellement de trous qu’on dirait un terrain de golf », a ironisé un citoyen qui réside près du km 71. 

Coup d'oeil sur cet article

Depuis que le gouvernement a mis le paquet en construisant la 175 à quatre voies divisées, la route 169 qui mène au Lac-Saint-Jean fait figure de parent pauvre, selon des élus locaux qui déplorent son manque d’entretien.

Inaugurée en grande pompe en 2013, à la suite d’un investissement de 1 milliard $, la nouvelle route 175 qui traverse la réserve faunique des Laurentides est l’une des plus belles de la province sinon la plus belle, entend-on régulièrement.

En revanche, « la route d’Hébertville », surnommée aussi le « petit parc » des Laurentides, n’a pas eu droit au même traitement royal.

Le contraste entre les deux routes qui séparent la région de Québec et celle du Saguenay–Lac-Saint-Jean est ahurissant. Sinueuse et en zone montagneuse, la 169 est jugée trop dangereuse – particulièrement l’hiver – par nombre de Jeannois qui n’hésitent pas à faire un long détour de près de 50 km par Chicoutimi afin de l’éviter.

« Moi-même, dans ma famille, l’hiver, il y a des gens qui prennent la 170 et la 175 au lieu du petit parc parce qu’ils aiment moins ça et parce que c’est moins sécuritaire pour eux », relate le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis.

Pressions constantes sur le MTQ

« C’est sûr que depuis l’avènement de la route 175, la route du petit parc, elle, se détériore de plus en plus, c’est clair et net, même si le ministère des Transports fait des travaux majeurs. Je ne vous dirais pas qu’on la délaisse, mais disons que c’est moins naturel de l’entretenir », ajoute le préfet, qui dit faire des pressions constantes sur le MTQ.

« En ce qui concerne l’état de la chaussée, on fait beaucoup d’efforts afin de convaincre le ministère des Transports d’investir, au moins pour que la route devienne sécuritaire. »

« L’hiver, c’est un problème. On n’est jamais certains de l’état de la chaussée », renchérit le maire de Saint-Prime Lucien Boivin. « Il y a des gens qui sont décédés sur cette route-là parce qu’elle était mal entretenue. Il faut être vigilant et attentif parce que la route a de grosses failles. »

Plus belles au Saguenay qu’au Lac

Le maire d’Alma, Marc Asselin, va encore plus loin que ses collègues en affirmant que les routes « modernes, carrossables et sécuritaires » sont toutes du côté du Saguenay. « On trouve qu’au Lac-Saint-Jean, on est injustement traités », lâche-t-il.

« J’espère qu’on va faire des sections de la 169 cette année parce qu’il y a des crevasses dans le chemin, des bouts où il manque de l’asphalte. C’est abandonné quelque peu et c’est toujours ce qui nous a inquiétés depuis l’ouverture de l’autoroute : qu’on décide pour toutes sortes de raisons de ne plus s’occuper de nos trajets du côté du Lac-Saint-Jean, et c’est inacceptable [selon] moi. »

Heureusement, la majorité des tronçons les plus mal en point, observés par Le Journal lors d’une récente virée au Lac-Saint-Jean, seront réparés d’ici la fin de l’année (voir le tableau sur les travaux planifiés).

L’arrivée du signal cellulaire dans l’ensemble du « petit parc », au début 2020, devrait aussi permettre de renforcer le sentiment de sécurité des usagers, se réjouit-on au Lac-Saint-Jean.

Travaux prévus sur la 169

(Réserve faunique des Laurentides)

ÉTÉ 2019

Entre les km 31 et 32 ainsi que 51 et 52

ÉTÉ 2019

Divers secteurs entre les km 55 et 74 (asphaltage)

ÉTÉ 2019

Entre les km 70 et 72 (réfection de la chaussée)

2020

Entre les km 36 et 38 (réfection de la chaussée)

Source : Ministère des Transports du Québec