/news/currentevents
Navigation

Le conducteur «fonçait vers la mort»

Un véhicule motorisé s'est écrasé sur un traversier de la traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine après un vol plané par-dessus la rampe d'accès, le lundi 24 juin 2019.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DÉRY/AGENCE QMI
Photo Agence QMI, JEAN-FRANÇOIS DÉRY Un véhicule motorisé s'est écrasé sur un traversier de la traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine après un vol plané par-dessus la rampe d'accès, le lundi 24 juin 2019. PHOTO JEAN-FRANÇOIS DÉRY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le conducteur du motorisé qui a heurté un traversier à Tadoussac, lundi, « fonçait vers la mort », mais il est tout de même parti en héros, évitant d’emporter avec lui plusieurs personnes qui se trouvaient sur son chemin.

Des ouvriers de la voirie de Tadoussac ont vu le motorisé d’Éric Belec dévaler « à pleine vitesse » et à contresens la pente d’environ deux kilomètres qui mène à la zone d’embarquement de la traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine, raconte le maire de l’endroit, Charles Breton.

Il existe un lit d’arrêt sur la route 138 près de la traverse de Tadoussac, mais comme le conducteur du véhicule récréatif dévalait la pente en sens inverse, il n’a probablement pas été en mesure d’y accéder, selon le maire Charles Breton.
Capture d'écran Google Maps
Il existe un lit d’arrêt sur la route 138 près de la traverse de Tadoussac, mais comme le conducteur du véhicule récréatif dévalait la pente en sens inverse, il n’a probablement pas été en mesure d’y accéder, selon le maire Charles Breton.

Il a klaxonné

Dans un geste héroïque, l’homme de 40 ans a klaxonné « tout le long » de sa descente désespérée pour avertir les passants que son véhicule était hors de contrôle et il a pu éviter des collisions avec des piétons.

« [Les ouvriers] ont été témoins de quelques personnes qui se sont écartées à la dernière minute pour éviter le véhicule », a dit le maire, secoué par la tragédie.

Selon lui, le chauffeur a vraisemblablement manqué de frein. Un lit d’arrêt est aménagé au pied de la côte, mais une longue file d’attente, en raison du fort achalandage, lui a probablement bloqué le chemin. Ainsi, le véhicule est « devenu comme un missile, avec la côte », se désole le maire qui croit que le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd puisque « si le bateau avait été en plein chargement, ça aurait été comme une boule [...] qui entre dans un jeu de quilles ».

Un véhicule motorisé s'est écrasé sur un traversier de la traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine après un vol plané par-dessus la rampe d'accès, le lundi 24 juin 2019.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DÉRY/AGENCE QMI
Photo courtoisie

Sécurité

Charles Breton espère maintenant que cet événement va accélérer la réflexion au ministère des Transports à propos d’ajustements à faire sur la route 138 à l’approche de la traverse.

Il fait la promotion d’une nouvelle aire d’attente pour les usagers du traversier. « Dans une aire d’attente sécurisée, ils seraient à l’écart du trafic. On dégagerait la 138 et, à ce moment-là, le lit d’arrêt serait probablement plus visible. »

M. Breton dit toutefois être conscient que le dossier est complexe, car « il n’y a pas beaucoup d’espace ».