/sports/football
Navigation

«Notre travail est de bloquer pour le quart» - Kristian Matte

«Notre travail est de bloquer pour le quart» - Kristian Matte
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | L’identité du quart-arrière partant importe peu aux joueurs de ligne offensive des Alouettes de Montréal, qui feront tout en leur possible pour protéger leur passeur.

«Peu importe qui est le quart, notre travail est de bloquer pour lui», a simplement affirmé le centre Kristian Matte.

Après s’être préparée à garder le champ libre pour Antonio Pipkin, nommé quart numéro un avant le début de la saison, la ligne offensive devra maintenant s’affairer à veiller sur Vernon Adams fils.

Ce dernier sera à la barre de l’attaque montréalaise vendredi dans le cadre de la visite des Oiseaux au domicile des Tiger-Cats de Hamilton. Il remplace Pipkin, victime d’une blessure à la cheville au troisième quart du revers de 32 à 25 contre les Eskimos, lors du premier match de la saison le 14 juin à Edmonton.

Des ressemblances

Ce changement à la position de quart ne semble pas inquiéter outre mesure Matte, surtout qu’Adams fils et Pipkin n’ont pas des styles de jeu trop différents.

«Je pense que l’état-major a fait un très bon travail pendant la saison morte, car nos quarts, même s’ils ne sont pas tous pareils, ont quand même plusieurs similarités dans leur façon de jouer», a expliqué le Québécois.

«Ils sont tous capables de bouger avec leurs jambes et de prolonger les jeux, a-t-il ajouté. Ce ne sont pas nécessairement des gars qui vont rester longtemps dans la pochette de protection. Pour nous, ça ne change pas grand-chose. On nous demande de bloquer les gars en avant de nous.»

L’effet Stanback

Dans le revers contre les Eskimos, le porteur de ballon William Stanback a amassé 76 verges en seulement neuf tentatives, pour une moyenne de 8,4 verges par course. De plus, il a inscrit un touché.

Ce genre de performance ne peut qu’aider Adams fils pour son premier départ de la campagne.

«Il est imposant, a dit le quart de 26 ans. Il est difficile à plaquer en plus d’être rapide. C’est rare d’être aussi robuste et de courir aussi vite. Quand il marque, ça enlève de la pression à tout le monde, moi y compris, en plus de prouver que nous sommes capables de courir le ballon dans cette ligue.»

Matte apprécie lui aussi ce que Stanback apporte à l’équipe, en plus de chérir chaque occasion qu’il a de lui dégager la route.

«Tous les joueurs de ligne offensive aiment bloquer pour le jeu au sol, a-t-il expliqué. Dans ces circonstances, nous sommes les agresseurs. C’est nous qui attaquons. Nous ne sommes pas passifs.»

«Nous aimons pouvoir courir le ballon et quand nous réussissons de grosses courses, c’est démoralisant pour la défense adverse», a-t-il poursuivi.

Après leur passage à Hamilton, les Alouettes se prépareront ensuite pour leur premier match de la campagne à domicile, le jeudi 4 juillet contre ces mêmes Tiger-Cats.