/news/currentevents
Navigation

Un exhibitionniste aurait sévi dans quatre magasins

Il utiliserait le même modus operandi en se faisant passer pour un danseur nu

Coup d'oeil sur cet article

RIVIÈRE-DU-LOUP | Un exhibitionniste aurait montré et tenté de montrer ses parties intimes dans au moins quatre magasins de vêtements de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent en quatre jours, servant le même scénario aux employées.

Des magasins de Gaspé, Chandler, New Richmond et Rimouski auraient été visités par l’exhibitionniste de mercredi à samedi dernier.

L’homme aurait toujours le même modus operandi.

«Il disait qu’il était un danseur nu et qu’il cherchait des vêtements pour donner un spectacle», a rapporté une source qui préférait rester anonyme, mais bien au fait du dossier.

Une fois rendu à la cabine pour essayer un pantalon, l’homme qui ne portait pas de sous-vêtements aurait demandé de l’aide pour ajuster sa fermeture Éclair.

Dans un des magasins, il aurait été jusqu’à faire entrer la vendeuse dans la cabine d’essayage en la tirant par le bras et à verrouiller la porte derrière elle. Il l’aurait forcée à lui toucher le pénis.

Pas de sous-vêtements

En d’autres endroits, il n’aurait pu pousser son stratagème plus loin parce qu’il y avait trop de clients, mais a eu un comportement et des gestes déplacés.

«Il ressortait de la cabine en disant qu’il avait de la misère avec la braguette. L’employée s’est avancée et a vu qu’il n’avait pas de sous-vêtements. Il a baissé ses pantalons devant elle, de dos. Elle lui a demandé d’essayer les vêtements avec ses sous-vêtements, ce qu’il a dit qu’il ferait. Elle est retournée, mais il n’avait pas de boxer. Il a cessé lorsque des gens sont arrivés dans le magasin», a aussi relaté notre source.

L’homme qui serait âgé d’une cinquantaine d’années aurait tenté le même scénario dans un magasin plus achalandé, mais ne se serait pas rendu jusqu’à la cabine d’essayage.

Recherché

Il serait recherché par les policiers pour ses gestes déplacés, selon nos sources. La Sûreté du Québec n’a pas voulu confirmer l’enquête en cours.

Depuis, des mesures auraient été prises pour que les employées soient prudentes et vigilantes si une personne se présente avec le même scénario. Elles ne travailleraient plus seules jusqu’à nouvel ordre. Plusieurs seraient sous le choc et espèrent que l’homme sera arrêté rapidement.

«Elles sont craintives et nerveuses. Ça se parle beaucoup dans le centre commercial», nous a-t-on indiqué également.