/sports/hockey/canadiens
Navigation

La sagesse exemplaire de Connor LaCouvee

Connor LaCouvee
Photo Agence QMI, Joël Lemay Connor LaCouvee

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’on jette un coup d’œil sur la liste des gardiens de l’organisation du Canadien, le nom de Connor LaCouvee est loin de faire partie des favoris pour succéder à Antti Niemi à titre de gardien auxiliaire du Canadien.

Cette réalité n’a pas empêché le Britanno-Colombien de signer un contrat à deux volets avec le Rocket de Laval pour la prochaine saison. Par conséquent, il a été invité au camp de développement du Canadien pour parfaire son art. Évidemment, à 25 ans, LaCouvee est le plus vieux joueur invité à ce camp.

« Je pratiquerai ce sport le plus longtemps possible. Pour ce faire, je dois m’appliquer à avancer chaque jour. Je veux continuellement pousser et travailler pour devenir le meilleur gardien possible. On verra où ça me mènera. Il n’y a aucune limite (sky is the limit) », a-t-il déclaré.

La saison dernière, après quatre ans dans le réseau universitaire américain, LaCouvee a fait le saut chez les professionnels. Il a divisé son temps entre Laval et les Mariners du Maine, une équipe de la ECHL.

Être meilleur chaque jour

Le contrat à deux volets (Ligue américaine et ECHL) qu’il a signé ne lui permet donc pas de bénéficier d’une sécurité d’emploi supérieure à celle de l’an dernier. Une réalité avec laquelle il ne s’en fait pas trop.

« On verra ce qui arrivera. Que je sois une saison dans la ligue américaine, une demi-saison, un mois, une semaine, ce n’est pas ce qui me définira. Ce qui m’importe, c’est de devenir un meilleur gardien et un meilleur être humain chaque jour », a-t-il soutenu.

Voilà pourquoi il a accepté l’invitation à ce camp à bras ouverts. Pour lui, c’était l’occasion de travailler sur certains points particuliers qu’il pourra appliquer dès que la saison se mettra en branle. D’autant plus que l’entraîneur des gardiens pendant la présente semaine est

Marco Marciano, celui qui occupe justement le même poste avec le Rocket de Laval.

« À la fin de la saison, Marco et moi avons eu une discussion sur les aspects de mon jeu à améliorer. Ceux sur lesquels je devais travailler au cours de l’été. Nous voici rendus pratiquement au milieu de la saison morte. Le fait d’être ici me permet de voir si je suis sur la bonne voie et d’apporter quelques autres petits ajustements. En plus, on apprend tellement de choses ici. »

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions