/entertainment/stage
Navigation

Les choristes sont prêts

Au total, 28 représentations de ce spectacle seront offertes à la Salle Albert-Rousseau

François Lécuyer personnifie le surveillant Clément Mathieu, qui s’est donné comme mission de monter une chorale avec de jeunes garçons en difficulté.
Photo Stevens Leblanc François Lécuyer personnifie le surveillant Clément Mathieu, qui s’est donné comme mission de monter une chorale avec de jeunes garçons en difficulté.

Coup d'oeil sur cet article

François Lécuyer arbore depuis quelques jours le look du surveillant Clément Mathieu. Il rase ses cheveux sur une base presque quotidienne pour se glisser dans la peau de ce personnage du spectacle musical Les Choristes.

Immense succès avec 75 représentations à Montréal, l’adaptation théâtrale québécoise du film de Christophe Barratier entreprend, demain, à la Salle Albert-Rousseau, une série de 28 représentations.

Les Choristes raconte l’histoire d’un surveillant de pensionnat qui a bâti une chorale avec un groupe de jeunes garçons en difficulté.

La distribution est constituée de Gary Boudreault, Henri Chassé, Michel Olivier Girard, François Lécuyer et Gabriel Lemire, et de Lynda Johnson et Madeleine Péloquin, en alternance, dans le rôle de Violette Morhange.

Les rôles des élèves ont été confiés à 20 jeunes de la Maîtrise des Petits Chanteurs de Québec qui répètent depuis deux mois.

Les Choristes, avec Gérard Jugnot dans le rôle du surveillant Clément Mathieu, a été un succès au cinéma.

L’adaptation québécoise se déroule dans un pensionnat beauceron en 1949.

François Lécuyer a accepté, à la demande du metteur en scène Serge Denoncourt, de raser la presque totalité de ses cheveux. Il lui reste ce qu’on appelle une couronne. Comme le personnage créé par Gérard Jugnot dans le long métrage.

«C’est aussi en rapport avec le texte, où les enfants le surnomment crâne d’œuf, casque de bain et tête d’obus», a-t-il indiqué, précisant que sa conjointe avait dû s’adapter à un tout nouveau look.

Henri Chassé joue le rôle de Chassin, le tyrannique directeur du pensionnat.
Photo Stevens Leblanc
Henri Chassé joue le rôle de Chassin, le tyrannique directeur du pensionnat.

Un rôle en or

Le comédien vit l’une des plus belles expériences de sa vie dans le rôle de Clément Mathieu.

«C’est un rôle en or et c’est quelque chose qui m’arrive 30 ans après être sorti du Conservatoire d’art dramatique de Montréal.»

Quelques jours avant d’être approché pour le rôle de Clément Mathieu par le metteur en scène Serge Denoncourt, François Lécuyer avait exprimé à son agent le souhait de jouer quelqu’un de bon. Une bonne personne. Son vœu a été exaucé.

«Il aime les enfants et ils l’adorent. Il est un des premiers à en prendre soin», fait-il remarquer. La beauté, précise-t-il, est la force de ce spectacle musical, à l’affiche jusqu’au 28 juillet.

«C’est une école de réforme et c’est un milieu difficile et rock’n’roll. Il y a beaucoup de lumière et de beauté qui ressort de cette grande noirceur. Et cette lumière est créée par mon personnage. Il aime les enfants, il leur fait confiance et il les amène à faire ça», a-t-il fait savoir.

Émouvant et touchant

Pour Madeleine Péloquin, Les Choristes est un spectacle qui touche tous les sens et qui rejoint tous les publics.

«C’est émouvant et c’est rempli de bonheur. Ça touche droit au cœur», mentionne-t-elle lors d’une pause, durant une journée de répétition.

Une des particularités des Choristes est de réunir 20 enfants sur une même scène.

«Ça, c’est rare. Les enfants sont les vedettes de ce spectacle», a-t-elle ajouté.

François Lécuyer a vécu un beau moment, lors de la dernière montréalaise, l’hiver dernier, quand sa conjointe lui a remis une photo dédicacée par Gérard Jugnot, sur laquelle était écrit : « Au Clément Mathieu des Québécois ».

«Ma conjointe l’avait contacté afin qu’il me fasse parvenir un petit mot. J’ai trouvé ça élégant de sa part», a relaté le comédien qu’on a vu durant plusieurs saisons, dans le rôle du comptable Denis Filion, dans le téléroman L’auberge du chien noir.


► Les Choristes est présenté du 29 juin au 28 juillet à la salle Albert-Rousseau.