/sports/hockey/canadiens
Navigation

Inspiré par le style des Blues

Nicolas Deslauriers veut prouver son utilité au sein du Canadien

Nicolas Deslauriers compte en mettre plein la vue aux instances du CH au prochain camp d’entraînement du Canadien.
Photo Martin Chevalier Nicolas Deslauriers compte en mettre plein la vue aux instances du CH au prochain camp d’entraînement du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

L’empressement de Marc Bergevin à faire signer de nouvelles ententes à Nate Thompson et Jordan Weal en a pris plusieurs par surprise. Était-il vraiment urgent de mettre sous contrat deux joueurs d’utilité aussi tôt que deux semaines après la fin du calendrier ?

« Quand tu regardes ses statistiques, Nate (Thompson) est probablement dans le top 10 pour les mises en jeu. C’est un joueur expérimenté et fiable défensivement, a indiqué Nicolas Deslauriers, rencontré au tournoi de golf de Phillip Danault. Quand il est arrivé avec nous, il a été accueilli rapidement et il s’est fait un nid très vite. Alors, ça ne me surprend pas qu’il ait signé aussi rapidement. »

Néanmoins, Deslauriers ne cache pas qu’il a reçu ces deux signatures comme une claque au visage.

« J’ai été déçu, mais ce n’est pas moi qui contrôle ça, a-t-il admis. Je vais arriver prêt et prouver ce que je peux faire. »

La huitième merveille

Normal, les arrivées de Thompson et Weal expliquent en grande partie pourquoi Deslauriers a dû se contenter du rôle de spectateur dans 20 des 24 derniers matchs de l’équipe.

Le premier est devenu l’un des hommes de confiance de Julien pour les mises en jeu importantes, alors que le second a conquis le cœur de son entraîneur et de son directeur général par sa contribution en attaque.

À les entendre parler, Weal est la huitième merveille du monde, celle qui a permis à l’attaque massive de l’équipe d’obtenir un léger regain de vie en fin de calendrier.

On dit même qu’il pourrait causer une aussi grande surprise que Paul Byron. Ça reste à voir.

Merci aux Blues

Bien sûr, l’attaquant de 28 ans ne l’a pas dit ouvertement. Toutefois, en l’écoutant, on comprend qu’il a eu des périodes de remise en question au cours des dernières semaines, voire des derniers mois.

Téléspectateur assidu des séries éliminatoires, il a trouvé un certain réconfort dans le parcours des Blues de St-Louis.

« En regardant St-Louis, j’ai vu que mon style peut amener quelque chose. Il peut encore être un atout. Même si ce n’est qu’un peu plus tard dans la saison, a-t-il souligné, faisant référence au jeu physique qui a permis aux Blues de soulever la Coupe Stanley. J’ai confiance en ce que je fais et en ce que j’amène. Je vais essayer de le prouver. »

Par conséquent, le camp d’entraînement risque de faire foi de tout pour celui dont le contrat arrivera à échéance au terme de la prochaine campagne.

« Chaque année, c’est comme ça. Je m’entraîne fort au cours de l’été pour arriver prêt et mettre les chances de mon côté. Cette fois, je vais essayer de ne pas me blesser », a-t-il déclaré, faisant référence à la bagarre qui lui a fait rater une portion du camp d’entraînement et les deux premières semaines de la saison.

Effectivement, ce serait une bonne chose. Car en plus de Thompson et Weal, plusieurs jeunes frapperont à la porte du grand club. Et c’est sans compter les joueurs autonomes sur qui Bergevin pourrait mettre la main la semaine prochaine.