/opinion/columnists
Navigation

La plainte des Anglo-Québécois

Coup d'oeil sur cet article

Les anglophones du Québec critiquent l’enseignement de l’histoire dans les écoles parce qu’ils prétendent qu’on ne consacre pas assez de place à l’histoire de tout le Canada. Le Devoir révélait mercredi que les « partenaires du réseau de l’éducation de la communauté anglophone » accusent le ministère de l’Éducation d’être « beaucoup, beaucoup centré sur l’évolution des Canadiens français au Québec ».

Les anglophones considèrent donc, sans qu’on s’en étonne, que nos cours d’histoire ne tiennent pas compte de la diversité de la société et qu’ils n’exposent pas les interprétations différentes des faits historiques. En clair, ils souhaitent une histoire commune.

C’est là où le bât blesse, peut-on dire. Car vouloir qu’une même approche serve à raconter l’histoire du Québec depuis la découverte du Canada par Jacques Cartier jusqu’à la conquête anglaise et ensuite la création de la Confédération en 1867 pose énormément de problèmes.

Conquête

Les anglophones et un certain nombre d’historiens remettent en question la réalité même de la Conquête, qui serait non pas une guerre contre les Canadiens en tant que tels, mais plutôt un conflit d’envergure mondiale qui opposait la Grande-Bretagne à la France, entre autres, qu’on appelait la guerre de Sept Ans. Modifier l’enseignement de notre histoire dans les écoles québécoises serait donc une tentative de banaliser la Conquête de 1759. D’ailleurs, dans l’histoire enseignée au Canada anglais, il est rare qu’on utilise le mot « conquête » pour décrire le combat qui s’est soldé par la défaite des troupes françaises sur les plaines d’Abraham à Québec. On voudrait plutôt faire de la Grande-Bretagne un pays cofondateur du Canada et non pas son envahisseur.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

S’il apparaît raisonnable d’enseigner l’histoire en tenant compte de l’apport de l’immigration à la redéfinition de l’identité québécoise, un « révisionnisme » historique qui gommerait les différences de réalités et de perceptions entre la majorité francophone et la minorité anglophone est inacceptable. Car n’oublions pas que cette dernière fait partie de la majorité anglophone du Canada.

Fossé

Au fil des décennies, l’acception de la distinction culturelle et linguistique affirmée à travers le gouvernement du Québec semble s’estomper. Il ne faut pas sous-estimer que cette acceptation relative a reposé sur le rapport de force politique créée par le néonationalisme qui a mené le PQ au pouvoir et les deux référendums auxquels les Québécois ont répondu non. L’orientation anti-nationaliste du gouvernement de Philippe Couillard a creusé un fossé plus profond entre les exigences identitaires d’une partie des Québécois et le Canada anglais.

D’ailleurs, la réaction canadienne actuelle à la loi sur la laïcité, une loi « raciale » selon l’ex-première ministre de l’Alberta démontre bien que l’avenir du Québec en tant qu’entité différente du Canada multiculturel pose problème. Le désir des Québécois anglophones de rendre l’enseignement de l’histoire dans les écoles plus rassembleur en est la preuve. Or le sentiment de fierté et d’affirmation collective suscité par la politique de François Legault, l’homme qui se tient debout comme ses ministres, critiqués pour leur prétendue arrogance, semble perçu comme une menace pour les anglophones qui souhaitent réécrire l’histoire nationale du Québec.