/weekend
Navigation

Embarquement immédiat

<b><i>Une folie passagère</i></b><br>
Nicolas Robin aux Éditions Anne Carrière, 240 pages
Photo courtoisie Une folie passagère
Nicolas Robin aux Éditions Anne Carrière, 240 pages

Coup d'oeil sur cet article

Si on a envie de s’offrir un aller simple vers l’humour et les histoires un peu fleur bleue, c’est le livre qu’il nous faut !

Oui, ce n’est pas du tout le genre de livre dont on a l’habitude de parler. Mais comme les grandes vacances sont presque là, on s’est dit qu’il allait ­sûrement plaire à tous ceux et celles qui auraient envie d’entamer l’été avec un roman... léger comme l’air !

Alors place à Bérengère, une hôtesse de l’air bien comme il faut qui a déjà 20 ans de métier et 12 000 heures de vol au compteur. Sa devise ? Faire du ciel le plus bel endroit de la terre en souriant et en se montrant toujours aimable. Mais parfois, il y a des vols où à l’impossible nul n’est tenu...

Un pénible trajet !

Pour Bérengère, la journée aurait difficilement pu plus mal commencer : en plus de s’être fait larguer le matin même par son fiancé, sa voiture refusera de démarrer et en arrivant en retard à l’aéroport, elle ratera son vol Paris-Cancun.

À la place, on lui confiera le vol ­Paris-Vancouver, section écono. Et c’est là que le pire l’attendra : coéquipière de travail mal lunée, gamin ­insupportable, gros type malpoli réclamant sans cesse à boire, groupe bruyant de ­danseurs country, incendie dans la cabine, ­passager victime d’un malaise, etc. Bref, sa vie deviendra vite un enfer dans les airs, même s’il y a à bord un beau brun qui sera loin de la laisser totalement indifférente.

Racontée avec beaucoup d’humour, une histoire sympathique dont on peut facilement deviner le dénouement. Ce qui n’est pas si grave, puisqu’elle a surtout été écrite pour divertir et faire sourire.

Frissons garantis

La vie dont nous rêvions

<b><i>La vie dont  nous rêvions</i></b><br>
Michelle Sacks aux Éditions Belfond, 336 pages
Photo courtoisie
La vie dont nous rêvions
Michelle Sacks aux Éditions Belfond, 336 pages

En apparence, Merry Hurley a absolument tout pour être heureuse : une petite maison de rêve dans l’une des plus belles réserves naturelles de Suède, un beau mari attentionné, un adorable bébé de huit mois, un potager rempli de savoureux légumes et la chance de ne plus être obligée de travailler. Tel qu’elle le dit elle-même, « vous nous verriez, je pense que vous nous détesteriez. On dirait les acteurs d’une publicité pour une compagnie d’assurances, dégoulinants de bonheur. La petite famille parfaite et sa petite vie parfaite. »

Sauf qu’il y a aussi l’envers du décor. Celui qu’il vaut mieux ne pas voir et que Merry tentera désespérément de cacher lorsque Frank, sa ­meilleure amie, viendra leur rendre visite ­pendant quelques semaines.

Un vrai panier de crabes

Dès le départ, on se doutera que quelque chose ne tourne pas rond chez les Hurley. Ils ont beau enchaîner les journées magnifiques et mener une vie merveilleuse à la campagne, il y a ce que Sam cache dans l’une des boîtes de jouets de la grange ou ce que Merry a pris l’habitude de faire en douce. L’arrivée de Frank ne fera donc que précipiter l’inéluctable et peu importe ce que vous imaginerez, ce sera probablement deux fois pire.

Un bon thriller psychologique qui nous a un peu rappelé Le malheur du bas d’Inès Bayard.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Le faussaire de Hambourg

Cay Rademacher aux Éditions du Masque,
336 pages
Photo courtoisie
Cay Rademacher aux Éditions du Masque, 336 pages

Dans ce troisième et dernier volet de la trilogie hambourgeoise, l’inspecteur principal Frank Stave ne travaille plus pour la brigade des Homicides, mais pour l’Office de lutte contre le marché noir. Car à Hambourg, en 1948, il y a mille et une raisons de s’y adonner et Stave ne tardera pas à se voir confier deux enquêtes, dont l’une concerne la fausse monnaie qui a commencé à circuler juste avant l’émission officielle du deutsche mark. Un très enrichissant thriller historique.


Vers la beauté

David Foenkinos aux Éditions Folio, 256 pages
Photo courtoisie
David Foenkinos aux Éditions Folio, 256 pages

Un beau roman, qui raconte la touchante histoire d’Antoine Duris. Professeur respecté à l’École nationale des beaux-arts de Lyon, il décidera en effet du jour au lendemain de devenir simple gardien de salle au musée d’Orsay, à Paris. Pendant qu’il restera assis des heures durant dans l’une des pièces consacrées à la rétrospective Modigliani, on en découvrira peu à peu les raisons.


Dictionnaire des symboles

Jean Chevalier et Alain Gheerbrant aux Éditions Robert Laffont, 1236 pages
Photo courtoisie
Jean Chevalier et Alain Gheerbrant aux Éditions Robert Laffont, 1236 pages

Pour souligner les 40 ans de la collection « Bouquins », le célèbre couturier français Christian Lacroix a été approché pour parrainer la publication de 10 collectors. Le Dictionnaire des symboles en fait partie et dans cette nouvelle édition revue et augmentée, plus de 1600 articles classés par ordre alphabétique – d’Abeille à Zodiaque – nous permettront d’en savoir davantage sur tous les grands symboles.


Fabuleux Alaska et Yukon

Isabelle Chagnon et  Annie Savoie aux Éditions Ulysse, 224 pages
Photo courtoisie
Isabelle Chagnon et Annie Savoie aux Éditions Ulysse, 224 pages

En français, c’est le seul guide couvrant aussi bien l’Alaska que le Yukon. Il vaut donc son pesant d’or, puisqu’il nous permettra de planifier plus facilement itinéraire et randonnées, en y incluant tous les sites à ne surtout pas rater. Cartes, encadrés informatifs, photos couleur et suggestions de circuits complètent l’ouvrage.

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions