/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les mots dits du samedi

Coup d'oeil sur cet article

Belles courbes

1- En liste ou en lice ? Lice à tout coup lorsque le mot est précédé de en. L’expression « entrer en lice » (la lice étant le lieu clos entouré d’une palissade où s’affrontaient les chevaliers lors des tournois) signifie s’engager dans une compétition (dans une élection, par exemple, les candidats en lice sont...). 2- Un décor bleu marin ou bleu marine ? On dit bien bleu marine et non bleu marin. Cette couleur tirerait son nom du bleu foncé des uniformes adoptés par des corps de marine (d’où, vraisemblablement, la locution bleu marine). En outre, les adjectifs de couleur composés d’un nom ou d’un autre adjectif ne varient pas : des décors bleu marine ; des murs bleu foncé ; des fauteuils café au lait. Il en va de même des noms communs qui rappellent la couleur d’une chose : des yeux noisette. 3- Négocier une courbe ou négocier un virage ? L’automobiliste a-t-il négocié une courbe ou un virage ? Il a négocié un virage, qui est une modification progressive de la direction d’une route. Négocier une courbe est un anglicisme (to negotiate a curve). Une voiture ne s’engage pas dans une courbe, mais dans un virage. Et une route ou une piste de ski peuvent être une suite de virages et non de courbes. Mais on ne peut pas faire un virage en U, calque de l’anglais U-turn. On fera un virage à 180 degrés ou, mieux, et dit plus simplement, on fera demi-tour.

Pas question d’échangisme

« J’entends souvent “je vous partage tel renseignement”, remarque une lectrice, S. Vadboncœur. C’est du mauvais français. Vous êtes d’accord ? On partage quelque chose avec quelqu’un, on ne partage pas quelqu’un. » On ne partage pas quelqu’un, en effet, à moins d’être... échangiste. Et encore ! On peut partager la joie de son garagiste ou les opinions de son député. Cependant, on ne dira pas : je vais vous partager mon expérience. On dira plutôt : je vais vous faire partager mon expérience de conseiller, je vais vous faire part de mon expérience de journaliste. En effet, le verbe partager, qui veut dire, entre autres, répartir, donner une partie de ce que l’on a, compatir ou séparer en deux... ne peut être employé dans le sens de communiquer. Partager une pointe de tarte avec grand-papa, c’est sympathique. Mais offre-t-on sa sympathie ou ses sympathies ? demande Anne-Marie L. Le terme « sympathie » au pluriel ne s’emploie pas dans le sens d’offrir ses condoléances. On n’offre pas ses sympathies, mais ses condoléances. Le nom « condoléances », qui n’accepte pas le singulier, traduit la participation d’une personne au malheur d’autrui (offrir, transmettre ses condoléances). On peut cependant présenter des témoignages de sympathie (au singulier) à l’occasion d’un décès. « Sympathie », dont le premier sens est « bienveillance à l’égard de quelqu’un », est aussi utilisé pour désigner une disposition favorable envers quelque chose. Ex. : Ils ont reçu ma proposition d’affaires avec sympathie.

Corriger s’il y a lieu

  • Un moustiquaire.
  • Des broccoli.

Les lettres mêlées

EHCAC-CHECA

Définition : Jeu d’enfants.

Réponses

Corriger s’il y a lieu : Une moustiquaire. Des brocolis.

Les lettres mêlées : CACHE-CACHE