/travel/europe
Navigation

Naviguer le long du fleuve Douro, au Portugal

Le <i>MS Amalia Rodrigues</i> au cœur du Douro, au Portugal.
Photo courtoisie, CroisiEurope Le MS Amalia Rodrigues au cœur du Douro, au Portugal.

Coup d'oeil sur cet article

PORTO, Portugal | Surnommée la « reine du fado », Amalia Rodrigues a fait découvrir au monde entier cette musique qui magnifie l’âme portugaise. Aujourd’hui, c’est un long navire de CroisiEurope portant fièrement son nom qui souhaite célébrer un autre trésor du Portugal, le Douro.

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO grâce à son site exceptionnel et à la production d’excellents vins, comme le porto, la vallée du Douro possède l’un des plus beaux canyons d’Europe.

Faire une croisière et suivre les méandres de son fleuve, avec ses rives modelées en terrasses où pousse la vigne, demeure l’une des plus agréables façons d’apprécier cette région.

Une spectaculaire vallée

Chaque escale apporte son lot de surprises. En plus des vestiges archéologiques, on découvre des villes au riche héritage, on marche dans de petites rues médiévales, on visite des caves, on admire des « azulejos » (ensemble de carreaux de faïence), etc.

Les rives du magnifique Douro.
Photo Lise Giguère
Les rives du magnifique Douro.

Côté gastronomie, on goûte aux sardines et à la morue apprêtées de mille et une façons ainsi qu’aux desserts uniques issus, au 19e siècle, de l’imaginaire des nonnes qui utilisaient les blancs d’œufs pour amidonner les vêtements et s’ingéniaient à créer des recettes avec les jaunes (« pasteis de nata », « cristas de galo », « suspiros », « ovo molle », etc.).

La morue au maïs et des sardines, des mets que l’on trouve dans tous les restaurants de la vallée du Douro, au Portugal. Un délice!
Photo Lise Giguère
La morue au maïs et des sardines, des mets que l’on trouve dans tous les restaurants de la vallée du Douro, au Portugal. Un délice!
Les «ovo molle» (œufs mous) d’Aveiro sont faits de pâte dont on fait les hosties fourrés de crème de jaunes d’œufs.
Photo Lise Giguère
Les «ovo molle» (œufs mous) d’Aveiro sont faits de pâte dont on fait les hosties fourrés de crème de jaunes d’œufs.

Côté loisirs, on s’offre une virée en « rabelo » (le bateau qui transportait le porto autrefois), on assiste à des spectacles de fado avec présentation de costumes traditionnels, on découvre même que c’est alors qu’elle enseignait l’anglais dans ce pays que J.K. Rowling a puisé une partie de son inspiration pour Harry Potter. Entre autres, la fameuse cape des étudiants de Poudlard vient d’une tradition qui a toujours cours à l’université de Coimbra, une des plus vieilles d’Europe, tandis que l’intérieur de la librairie Lello (1906) de Porto a servi de décor pour le premier film de la saga.

Du côté Gaïa, au Portugal, les « rabelos » attendent les passagers pour leur faire découvrir les beautés de Porto, par le Douro.
Photo Lise Giguère
Du côté Gaïa, au Portugal, les « rabelos » attendent les passagers pour leur faire découvrir les beautés de Porto, par le Douro.
Sur la « Route du vin de Porto » de
superbes paysages s’offrent à nous.
Photo Lise Giguère
Sur la « Route du vin de Porto » de superbes paysages s’offrent à nous.

Un peu comme c’est le cas pour le porto, le fameux vin fortifié qu’on y produit, une fois que l’on a goûté au Portugal et navigué sur le Douro, on en redemande !

 

LE NAVIRE

Des images d’Amalia Rodrigues se retrouvent un peu partout à bord du navire <i>MS Amalia Rodrigues</i> de CroisiEurope.  Ici, dans le restaurant.
Photo courtoisie, CroisiEurope
Des images d’Amalia Rodrigues se retrouvent un peu partout à bord du navire MS Amalia Rodrigues de CroisiEurope. Ici, dans le restaurant.

Cinquante-sixième navire de CroisiEurope et sixième à naviguer sur le Douro, le MS Amalia Rodrigues est un long navire (80 m par 11,4 m) à l’aménagement lumineux et chaleureux. D’une grande élégance, il peut accueillir 132 passagers dans ses 66 cabines (dont une pour personne à mobilité réduite et quatre suites), réparties sur deux ponts.

À bord du <i>MS Amalia Rodrigues</i>, les cabines sont petites, mais lumineuses, chaleureuses et confortables.
Photo courtoisie, CroisiEurope
À bord du MS Amalia Rodrigues, les cabines sont petites, mais lumineuses, chaleureuses et confortables.

Par beau temps, seuls quelques irréductibles profitent du grand salon aux fauteuils enveloppants et aux larges fenêtres. C’est plutôt sur le « pont-soleil » que les passagers se retrouvent pour ne rien manquer des splendeurs des rives abruptes chargées de vignes, d’amandiers et d’orangers du Douro. Quelques-uns apprécient cependant tellement leur cabine qu’ils préfèrent s’allonger et profiter de l’immense porte-fenêtre face au lit pour rêvasser, en toute intimité, et photographier les beautés qui défilent devant leurs yeux.

 

LES ESCALES

L’escalier à l’intérieur de la librairie Lello (Livraria Lello) à Porto, est une splendeur de bois sculpté. Il a servi d’inspiration pour le premier film d’<i>Harry Potter</i>.
Photo Lise Giguère
L’escalier à l’intérieur de la librairie Lello (Livraria Lello) à Porto, est une splendeur de bois sculpté. Il a servi d’inspiration pour le premier film d’Harry Potter.

PORTO. Porte d’entrée du nord, cette ville classée au patrimoine de l’UNESCO est l’une des plus vieilles d’Europe (2000 ans). On la surnomme la « ville des ponts » (on en compte six pour relier ses rives). Elle recèle de multiples trésors et on ne saurait trop conseiller d’y rester quelques jours avant ou après la croisière pour en apprécier toute la beauté.

Le palais de Mateus date de la première moitié du 18e siècle. C’est l’un des exemples les plus marquants de l’architecture baroque au Portugal.
Photo Lise Giguère
Le palais de Mateus date de la première moitié du 18e siècle. C’est l’un des exemples les plus marquants de l’architecture baroque au Portugal.

VILLA REAL. De Regua, on traverse une campagne de collines pour atteindre Villa Real où se dresse Casa de Mateus, un manoir baroque du 18e siècle entouré de magnifiques jardins. À deux pas de l’embarcadère, à Regua, le Musée du Douro, permet de comprendre la création de cette vallée, l’acclimatation de ces vignes sur ce sol hostile, sans oublier les origines du fameux porto.

COIMBRA. Surnommée la « ville des étudiants » ou « de l’amour impossible », en raison de la légende d’Inès et Pedro, les Roméo et Juliette portugais, cette ville magnifique est entourée de traditions. Son université, l’une des plus importantes au Portugal, est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et ses étudiants portent toujours la « toja », la cape qui a inspiré l’auteure J.K. Rowling.

FERRADOSA. Journée consacrée à suivre la « Route du vin de Porto », non par son fleuve, mais par la route qui surplombe ce dernier. Si les paysages éblouissent vus d’en bas, ils sont spectaculaires lorsque admirés d’en haut.

Le sanctuaire baroque Nossa Senhora dos Remedios de Lamego, second lieu de pèlerinage après Fatima, au Portugal.
Photo Lise Giguère
Le sanctuaire baroque Nossa Senhora dos Remedios de Lamego, second lieu de pèlerinage après Fatima, au Portugal.

LAMEGO. Dominée par une tour érigée par les Maures au 11e siècle, cette jolie petite cité épiscopale est très visitée pour son sanctuaire baroque Nossa Senhora dos Remedios, second lieu de pèlerinage après Fatima. Son immense escalier (686 marches) de style baroque est décoré d’« azulejos » et de chapelles.

AVEIRO. Surnommée la « Petite Venise du Portugal » en raison de ses nombreux canaux, on y offre des balades en « barcos moliceiros » (sorte de gondoles que l’on utilisait autrefois pour cueillir une algue appelée goémon). Aux 15e et 16e siècles, des pêcheurs de cet ancien port de mer venaient pêcher la morue sur les bancs de Terre-Neuve.

 

À SAVOIR

  • D’avril à octobre, le MS Amalia Rodrigues navigue sur le Douro, sur environ 200 km, de l’océan jusqu’à la frontière espagnole. Il propose des croisières de six à huit jours à la découverte des beautés du Portugal. Le prix ? À compter de 1500 $ (ce prix n’inclut pas les vols et les excursions sont facultatives). Ces croisières sont proposées en formule tout inclus comprenant l’hébergement et la pension complète avec les boissons.
  • En plus du MS Amalia Rodrigues, les navires MS Vasco de Gama, MS Fernao de Magalhaes, MS Infante D. Henrique, MS Gil Eanes et MS Torga naviguent également sur le Douro, ce qui permet à CroisiEurope de faire découvrir le Douro à 25 000 passagers chaque année.
  • Le fado a été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2011. La dépouille d’Amalia Rodrigues, qui a contribué à faire connaître cette musique dans le monde et que l’on surnommait la « reine du fado », repose au Panthéon national de Lisbonne.
  • croisieurope.travel