/weekend
Navigation

«Grégoire et le vieux libraire» de Marc Roger: une invitation à la lecture

Marc Roger
Photo courtoisie, Corinne Lorca Marc Roger

Coup d'oeil sur cet article

Lecteur public récompensé pour son rôle de passeur entre les livres et le grand public, le Français Marc Roger signe une très belle histoire entre un jeune homme peu intéressé par la lecture et un vieux libraire en fin de vie dans un premier roman délicat, plein de vie, d’humour et de sagesse, Grégoire et le vieux libraire.

Depuis qu’il a fermé sa librairie, Monsieur Picquier a dû choisir ses trois mille titres préférés et les entasser dans la chambre de sa résidence pour personnes âgées. Ses mains tremblantes l’empêchent de tenir un roman et ses yeux fatigués lui rendent la vie dure.

Il trouve un assistant parfait en la personne de Grégoire, un jeune cuisinier de la Résidence des Bleuets dont tout le monde se moque.

Grégoire, d’abord réticent, peu intéressé par les livres, se laisse convaincre de faire la lecture à Monsieur Picquier. C’est d’accord... pour une heure par jour. Mais le vieux libraire a plus d’un tour dans son sac pour que la lecture devienne une nourriture quotidienne!

<b><i>Grégoire et le vieux libraire</i></b><br />
Marc Roger<br />
Éditions Albin Michel, environ 290 pages.
Photo courtoisie
Grégoire et le vieux libraire
Marc Roger
Éditions Albin Michel, environ 290 pages.

Marc Roger est passionné de livres, de poésie, de littérature et lit à voix haute, dans des endroits aussi variés que les garderies, les bibliothèques et les prisons, des extraits de romans, de nouvelles, de poèmes d’auteurs qu’il aime partager avec un public de tout âge.

«Avec ce roman, l’objectif était très clair pour moi», explique-t-il en entrevue. «Je fais beaucoup de formation auprès des bibliothécaires, des bénévoles, des retraités qui souhaitent transmettre. Tous ces propos théoriques que j’essaie de communiquer, avec des outils concrets, auprès des gens qui lisent à voix haute, j’avais envie de les mettre dans un récit de fiction. Je voulais injecter toute la partie formelle, théorique, dans des dialogues vivants avec ce vieux libraire qui rencontre le jeune Grégoire qui n’a jamais ouvert un livre de sa vie.»

La fin de vie

Marc Roger avait envie de parler de la fin de vie, et de la façon dont les aînés sont traités en France, mais aussi du début de la vie, à travers le personnage de Grégoire. Ce jeune homme de 18 ans a eu un parcours difficile.

«Ce n’est pas du tout autobiographique, mais j’étais très angoissé quand j’avais 20 ans : je ne savais pas ce que j’allais faire de ma vie professionnelle.»

À son avis, la littérature est un prétexte au contact humain, que ce soit dans un café littéraire, une bibliothèque ou dans une maison de retraite, comme c’est le cas avec ce roman.

Il a choisi les extraits cités dans le livre pour leur intensité dramatique : L’Attrape-cœurs de J. D. Salinger, la prose érotique d’Anaïs Nin, les vers puissants de Victor Hugo...

«C’est mon goût de passeur, mon goût personnel. Je souhaitais donner envie de lire ces auteurs.»


► Marc Roger est lecteur public. Il organise des lectures partout en France et principalement dans les librairies.

► En 2014, il a été récompensé par le prix Coup de cœur du jury du Grand Prix Livres Hebdo, présidé par Amélie Nothomb, pour son rôle de passeur entre les livres et le grand public.

► Il habite à Paris et a fait son premier grand voyage d’écriture poétique au Québec, en 1981. «Ça reste pour moi une très grande expérience littéraire.»