/news/currentevents
Navigation

Un pilote d’hydroplane meurt sous les yeux de ses enfants

Le Québécois devait être la vedette locale aux Régates de Valleyfield

Coup d'oeil sur cet article

Le décès du pilote québécois, mort tragiquement dans un accident sous les yeux de ses proches, a créé une onde de choc dans le monde des courses d’hydroplane.

« Ç’a été un choc pour moi. Ç’a été un choc pour la famille [de Mathieu Daoust], pour tout le monde », a confié au Journal le directeur général des Régates de Valleyfield, Michel Poirier.

Mathieu Daoust, 31 ans, est décédé dimanche à bord de son hydroplane – un engin qui peut atteindre 225 km/h sur l’eau – lors des Régates de Brockville, en Ontario. Pour une raison encore inconnue, l’embarcation du pilote originaire de Salaberry-de-Valleyfield est entrée en collision avec le bolide d’un compétiteur néo-zélandais.

Photo courtoisie

« Mathieu a vraiment reçu le gros de l’impact. Son décès a été constaté assez rapidement », a précisé M. Poirier.

Comble de l’effroi : ses parents, sa femme, sa sœur et ses deux enfants âgés de 3 et 5 ans ont assisté à la scène d’horreur. Son père, Jacques Daoust, était d’ailleurs le chef de son équipe.

« Ils ont vu l’accident. Ils regardaient la course. C’est un circuit ovale, donc de partout on peut voir », a expliqué M. Poirier.

Signe que toute la famille du pilote gravitait autour de ce sport, son épouse Jessica a travaillé plusieurs années pour l’organisation des Régates de Valleyfield. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’ils se sont rencontrés.

Voir ses enfants

Passionné par son sport, Mathieu Daoust voulait continuer de le pratiquer jusqu’à ce que l’un de ses enfants prenne le flambeau. Malheureusement, le destin en aura décidé autrement.

« Peut-être que ma blonde n’aimera pas ça, mais j’espère continuer jusqu’à tant que mon gars ou ma fille puisse conduire un bateau », avait-il confié en 2016 dans une entrevue organisée par la Ligue de régates d’hydroplanes (LRH).

Seul Québécois

Mathieu Daoust était le seul pilote québécois à évoluer dans la classe Grand Prix de la LRH, le plus haut calibre de ce sport.

Il devait d’ailleurs courir à la maison, dans deux semaines, lors des Régates de Valleyfield, la course la plus prestigieuse du circuit.

« Comme tu étais content d’arriver à Valleyfield en tête du championnat. Ton drapeau finish est arrivé beaucoup trop vite ! », a écrit sa sœur Caroline Daoust, sur sa page Facebook.

Pour sa part, Michel Poirier promet de rendre hommage au héros local lors de la présentation des Régates de Valleyfield, du 12 au 14 juillet.