/sports/hockey
Navigation

Don Waddell ne la trouve pas drôle

Le directeur général des Hurricanes entend faire languir Marc Bergevin

Coup d'oeil sur cet article

Il y avait six ans qu’une offre hostile n’avait pas été présentée à un joueur autonome avec restriction. Au-delà de la compensation onéreuse à donner à l’équipe détentrice des droits de cet athlète, on en était venu à penser qu’une loi non écrite ou un pacte de non-agression existait entre les 31 directeurs généraux du circuit Bettman. Apparemment, rien n’est plus faux. 

« On s’entend bien ensemble [les directeurs généraux], mais on est compétitifs et ça fait partie de la convention collective. C’est dans les règles. Je suis responsable des Canadiens. Je le dois à Geoff Molson, aux partisans et aux joueurs », a lancé Marc Bergevin, lors de son point de presse. 

« J’ai toujours dit que je ne veux pas dépenser de l’argent inutilement, je veux le faire pour les bons joueurs. Nous trouvions que Sebastian (Aho) représentait le bon candidat », a-t-il ajouté. 

En tout cas, Don Waddell, le directeur général des Hurricanes, ne l’a pas trouvé drôle. Sa physionomie trahissait grandement son état d’esprit lorsqu’il s’est présenté devant les journalistes affectés à la couverture de son équipe. Il venait tout juste de prendre connaissance de l’offre déposée par le Canadien à son joueur de centre. 

« J’avais le sentiment que Montréal pencherait vers cette option. Je ne savais pas si je recevrais des nouvelles aujourd’hui ou demain, a-t-il déclaré d’un ton monocorde. Ce qui me surprend, c’est que l’offre n’ait pas été plus élevée. » 

« Maintenant, mon été sera bien meilleur, a-t-il ajouté, à peine sarcastique. Je n’aurai pas à passer l’été à négocier un contrat. Nous allons prendre une décision et aller de l’avant. » 

Un jeu dangereux 

Le danger de déposer une offre hostile, c’est que l’équipe adverse a sept jours pour l’égaler. Pendant ce temps, il est difficile de courtiser un autre joueur. Waddell en est bien conscient. Et à la lumière de ces propos, on comprend qu’il souhaite faire réaliser à Bergevin que ce petit jeu se joue à deux. 

« Il n’y a pas de raison de donner une réponse immédiatement. Si je le faisais, ça aiderait l’autre équipe. Elle pourrait ensuite s’entendre avec un autre joueur. Présentement, je n’ai pas vraiment envie de les aider », a-t-il laissé tomber. 

D’ailleurs, même si le propriétaire Thomas Dundon devra délier les cordons de la bourse, il ne serait pas surprenant que les Hurricanes égalent cette offre. Huit fois depuis le début du nouveau millénaire, un joueur a reçu une offre hostile. Du nombre, une seule n’a pas été égalée. 

« Sebastian est notre meilleur joueur et on veut certainement le garder le plus longtemps possible », a soutenu Waddell. 

 Le Finlandais, qui aura 22 ans à la fin du mois, a été un choix de deuxième tour des Hurricanes au repêchage de 2015. Il a été le meilleur buteur et le meilleur pointeur de son équipe au cours des deux dernières saisons.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions