/news/provincial
Navigation

Traverses piétonnières: les piétons plus punis que les automobilistes à Québec

Ils sont 2 fois et demie plus pénalisés par la police à certaines traverses

Coup d'oeil sur cet article

Autour des traverses piétonnières, les piétons sont deux fois et demie plus pénalisés par les policiers de Québec que les automobilistes.

Le Code de la sécurité routière (CSR) est très clair sur les comportements attendus de chaque utilisateur de la route aux traverses piétonnières. L’article 410 statue que les conducteurs doivent accorder la priorité aux marcheurs qui traversent aux passages identifiés.

En contrepartie, quand un tel passage existe, l’article 450 prévoit qu’«un piéton ne peut traverser un chemin public qu’à l’un de ces endroits».

Données

Selon des données que Le Journal a obtenues par l’accès à l’information, les policiers sont beaucoup plus portés à émettre des contraventions aux piétons qui ne traversent pas au bon endroit qu’aux automobilistes qui passent sans s’arrêter devant un piéton engagé sur son passage prioritaire.

Entre 2007 et 2012, les piétons délinquants ont reçu en moyenne 98 contraventions par année pour une infraction à l’article 450 du CSR. C’est plus du double des contraventions décernées aux conducteurs de véhicules.

Il y a quelques semaines, Le Journal publiait en effet un reportage également tiré de données obtenues par l’accès à l’information. Il démontrait que le Service de police de la Ville de Québec, dans la même période, a distribué 38 constats en moyenne par année aux automobilistes qui avaient contrevenu à l’article 410.

Écart marqué à Lévis

À Lévis, l’écart est encore plus marqué. Le Service de police de la Ville de Lévis. Il faut dire que les contraventions émises aux automobilistes qui ne respectaient pas les traverses piétonnières étaient rarissimes : seulement quatre en 12 ans. En revanche, les constats donnés aux piétons sont huit fois plus élevés.

Les chiffres que la Ville a fournis par l’accès à l’information montrent que depuis 2011, soit une période un peu moins longue, 32 constats ont été émis à des piétons délinquants.

Le SPVL avait expliqué que les traverses qui sont situées hors intersections sont peu nombreuses à Lévis, sans toutefois pouvoir donner de chiffre exact. Quand il planifie ses opérations de sécurité routière, le SPVL choisit les secteurs qui sont les plus problématiques. Et les passages piétonniers n’en font pas partie, avait expliqué le porte-parole.

«On ne fait jamais vraiment d’opérations aux passages piétonniers, ce qui explique aussi le peu de constats qui ont été donnés.»

La semaine dernière, le maire de Québec, Régis Labeaume, révélait au Journal avoir l’intention d’investir massivement «des millions de dollars» pour la sécurité des piétons et pour changer la culture des automobilistes. Surtout en matière d’affichage et de campagnes de sensibilisation. Il dit croire en la répression, mais estime qu’«on ne peut pas poster un policier à tous les coins de rue».

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.