/sports/football/alouettes
Navigation

Clifford Starke ne veut plus des Alouettes

Clifford Starke ne veut plus des Alouettes
MATHIEU HORTH-GAGNÉ/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’homme d’affaires montréalais Clifford Starke a indiqué qu’il avait retiré son offre d’acheter les Alouettes de Montréal, mardi, lui qui avait donné un ultimatum à la Ligue canadienne de football (LCF). 

Le président de la firme Hampstead Private Capital en a fait l’annonce dans un communiqué obtenu par le quotidien «The Gazette». 

«Notre date limite pour une réponse de la LCF a expiré, de même que la durée de vie de notre intention d’achat», a-t-il écrit. 

«Mes partenaires et moi continuons fermement de croire que nous avons créé la parfaite structure de propriétaires, l’offre, l’équipe de dirigeants et la stratégie qui auraient assuré aux Alouettes d’obtenir les meilleures chances» 

«Présentement, il n’y a aucune offre compétitive qui combinerait une solide compréhension du monde des affaires et du football canadien, comme mon offre.» 

Starke, 35 ans, avait révélé vouloir mettre la main sur les Moineaux en avril dernier. Il avait depuis déposé une offre concrète au commissaire de la LCF, Randy Ambrosie, qui comprenait notamment 35 millions $, afin de prouver qu’il avait les reins assez solides. 

Il avait également embauché l’ancien joueur des Alouettes Éric Lapointe comme conseiller stratégique au sein de son groupe. Le jeune entrepreneur bénéficiait aussi de l’appui de l’ancien président de la formation montréalaise, Larry Smith. 

Les Alouettes, qui ont une fiche de 0-2 en 2019, n’ont pas participé aux séries éliminatoires depuis quatre saisons et ont perdu 50 millions $ depuis leur retour dans la métropole québécoise en 1997.