/news/currentevents
Navigation

Transfert d’écoles au réseau francophone : English-Montréal dépose une injonction

Coup d'oeil sur cet article

La commission scolaire English-Montréal a déposé une demande d’injonction devant la Cour supérieure, mardi, afin de bloquer le transfert de deux écoles anglophones vers le réseau francophone imposé par Québec.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé la semaine dernière son intention de céder les écoles General Vanier et John Paul I, situées dans l’arrondissement Saint-Léonard à Montréal, à la commission scolaire de la Pointe-de-l’île (CSPI). Une autre école qui avait été au cœur des discussions, Gerald McShane, demeurera finalement dans le réseau anglophone.  

Dans la demande d’injonction, les avocats d’English-Montréal affirment que le transfert des écoles contrevient à la section 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. Celle-ci garantit le droit des minorités linguistiques d’être instruit dans leur langue maternelle.

En décidant de transférer les deux écoles, le gouvernement n’a pas respecté «le droit exclusif de la communauté anglophone de contrôler et de gérer ses installations scolaires», affirme la demande d’injonction, rédigée en anglais.  

Décision rapide

Déjà la semaine dernière, Mme Mancini avait laissé flotter l’idée d’une démarche juridique. «Nous sommes très déçus de cette nouvelle et avons tout tenté pour sauver ces écoles. Nous allons maintenant examiner tous les recours qui s’offrent à nous», avait-elle déclaré par voie de communiqué.

La Cour supérieure du Québec devrait se prononcer tôt jeudi sur la demande d’injonction.

Le réseau francophone déborde

Depuis plusieurs semaines, le ministre de l’Éducation fait valoir que les établissements anglophones visés sont sous-occupés, alors que la CSPI aura besoin d’environ 3000 places supplémentaires pour la prochaine rentrée scolaire. 

Au cabinet de M. Roberge, mardi, on se disait «déçus, mais pas surpris», de la décision d’English-Montréal. «Nous regrettons que celle-ci tente de bloquer une décision qui, bien que difficile, ait été prise dans l’intérêt supérieur de l’ensemble des élèves du Québec», affirme l’attaché de presse du ministre, dans une déclaration écrite.

Laïcité

English-Montréal n’en est pas à son premier bras de fer avec le gouvernement Legault. En mars dernier, son conseil des commissaires avait adopté une résolution qui promettait de ne pas appliquer la future loi sur la laïcité. En vigueur depuis deux semaines, celle-ci interdit notamment aux nouveaux enseignants de porter un signe religieux.

«S’il y a une personne, qui veut travailler pour nous, qui porte un hijab, une kippa ou une croix, notre plan est d’embaucher la meilleure personne pour la job», avait alors déclaré son porte-parole, Michael J. Cohen.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions