/sports/others
Navigation

Traversée du Canada: Le sprint final pour Jimmy Pelletier

Jimmy Pelletier
Photo Simon Clark Jimmy Pelletier, Paracycliste

Coup d'oeil sur cet article

Après un peu moins de deux mois et 6000 km parcourus, Jimmy Pelletier a finalement mis le pied à Québec lundi avant d’entreprendre la dernière étape de sa traversée du Canada en vélo adapté. Et il le fera pour la majorité sans deux de ses acolytes qui ont dû abandonner en chemin.

Lors du jour 43 de leur expédition, à la hauteur de South Baymouth en Ontario, les vélos de Jacques Légaré, Manon Bélanger et Michel Dallaire sont entrés en collision de façon accidentelle, alors qu’ils roulaient à 37 km/h. Les trois cyclistes ont été projetés hors de leur vélo.

L’accident a mis un terme au périple de Légaré, qui a été victime d’une fracture à une clavicule et qui a mis une pause sur celui de Bélanger, la conjointe de Jimmy Pelletier, ayant subi une commotion cérébrale et une blessure au genou.

Dans le cas de Michel Dallaire, il s’est retrouvé en plein milieu de la route, mais heureusement, aucun véhicule ne s’en venait.

« Ça aurait pu être tragique, a raconté Pelletier en entrevue avec Le Journal au Patro Roc-Amadour, mardi. Il ne restait que 30 km à notre journée. Ça donne un coup. »

Heureusement, des tests approfondis n’ont rien révélé de grave au genou de Manon Bélanger, si bien qu’elle devrait être en mesure de remonter sur son vélo pour deux ou trois des sept derniers jours restants avant d’arriver à leur destination finale : Halifax.

PÉRIPLE DRAINANT

C’est d’ailleurs un Jimmy Pelletier avec 20 lb en moins qui a rencontré Le Journal, mardi. Il ne se le cache pas, sa traversée du Canada, entamée le 7 mai dernier à Vancouver, est une épreuve aussi physique que psychologique.

La Saskatchewan et ses routes mal entretenues, la non-courtoisie de plusieurs automobilistes – surtout au Québec, tient-il à noter – et les intempéries parfois intenses ont rendu certains passages plutôt drainants pour le groupe.

« Ce que ce périple-là m’apprend de plus en plus, c’est de vivre le moment présent. Ce serait facile de se décourager en voyant la météo ou devant certains obstacles qu’on vit. Je me concentre sur la journée en cours et, demain, on verra ce qui va se passer. C’est une très grande leçon de vie », ajoute-t-il.

BATTERIES RECHARGÉES

Lundi, Pelletier et ses compagnons de voyage ont été accueillis par près de 1000 personnes au Patro Roc-Amadour.

« Ç’a vraiment fait du bien de voir autant de gens présents. Je dirais aussi que lorsqu’on est entrés en territoire québécois [ils ont mis le pied à Coteau-Landing le 25 juin], ç’a été un beau moment. On était enfin chez nous. »

Pelletier quittera Lévis mercredi matin à 9 h 30. Il devrait arriver à Halifax le 10 juillet prochain.