/news/health
Navigation

Morts en attente d'une chirurgie: les gestionnaires et le gouvernement sont blâmés

Coup d'oeil sur cet article

La présidente de la Fédération des infirmières du Québec (FIQ) blâme les gestionnaires du réseau de la santé et le gouvernement pour la pénurie de personnel qui a fait 12 morts parmi les patients en attente d’une chirurgie cardiaque.   

« Ça prend un remède de cheval pour l’ensemble du réseau », lance Nancy Bédard. Selon elle, la pénurie d’infirmières aux blocs opératoires et aux soins intensifs est le résultat d’une mauvaise planification.  

 Elle donne en exemple le fait qu’on affiche le poste d’une infirmière seulement lorsqu’elle part à la retraite. Or, il faut environ quatre mois pour former une nouvelle infirmière dans ces unités très spécialisées.  

Nancy Bédard croit également que le gouvernement doit valoriser la profession et offrir de meilleures conditions salariales.  

 Pour le président du Conseil de protection des malades, Paul Brunet, il faut à tout prix mettre l’ensemble des infirmières à l’ouvrage. Il donne en exemple le fait qu’environ 375 infirmières de la relève étaient sans emploi selon les plus récentes données de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.   

« Le gouvernement se prive de ressources », dit-il en jugeant inacceptable que des patients meurent en attente.  

Opérés ailleurs ?  

D’ici à ce que la liste d’attente diminue, il croit qu’on pourrait faire opérer des patients aux États-Unis ou en Ontario.  

« Pourquoi ne pas envoyer des patients être opérés ailleurs ? On va perdre du monde, sinon », dit-il.   

Le premier ministre François Legault a toutefois écarté cette option. « À ce moment-ci, je pense que c’est possible de régler les problèmes au Québec », a-t-il soutenu. Il a toutefois promis un coup de barre.   

« C’est inacceptable. Il y a des délais de fixés par le réseau de la santé. [...] C’est très grave. Il y a de grands changements à faire qui ne datent pas d’hier. Il faut s’assurer de vider les listes d’attente. »  

De son côté, la ministre de la Santé Danielle McCann a demandé des informations spécifiques sur les 12 personnes décédées sur les listes d’attente.  

 

 – Avec la collaboration de Charles Lecavalier