/weekend
Navigation

12 films à voir à Fantasia

Coup d'oeil sur cet article

Plus que quelques jours avant que créatures maléfiques, meurtriers sanguinaires, personnages fantastiques, mangas et autres spectres ne prennent d’assaut les écrans du festival Fantasia. Vous cherchez les occasions pour vous réfugier dans les salles obscures à l’abri de la canicule ? Voici nos 12 coups de cœur de la programmation de cette 23e édition.

SADAKO

<i>Sadako</i>
Photo courtoisie
Sadako

Il y a plus de 20 ans, Hideo Nakata changeait la manière dont les cinéphiles du monde entier regardaient les VHS avec Ringu, plus tard adapté par les Américains sous le titre de The Ring. Il renoue aujourd’hui avec cet univers grâce à Sadako, nouvelle offrande où un fantôme capturé dans une vidéo virale sème l’émoi dans une petite ville du Japon. Et si on se fie aux images du film, il y a fort à parier que les internautes auront un frisson lorsque viendra le temps de visionner leur prochain clip partagé sur leurs réseaux sociaux.

AQUASLASH

<i>Aquaslash</i>
Photo courtoisie
Aquaslash

Dire qu’on a hâte de découvrir Aquaslash tiendrait de l’euphémisme. Le synopsis à lui seul avait titillé notre intérêt lors de son annonce : un meurtrier insère d’immenses lames de rasoir dans les glissades d’eau d’un parc aquatique achalandé. Et comme si on avait besoin d’un incitatif supplémentaire, soulignons que c’est Renaud Gauthier (le cinéaste québécois à qui on doit le délicieusement tordu Discopathe) qui se glisse derrière la caméra pour ce film qui promet d’allier les clins d’œil aux classiques de l’épouvante et à ceux de l’humour déjanté.

COME TO DADDY

<i>Come to Daddy</i>
Photo courtoisie
Come to Daddy

Encensé par la critique depuis sa première au festival Tribeca en avril dernier, Come to Daddy se faufile enfin jusqu’à Montréal grâce à Fantasia. À l’écran, Elijah Wood incarne un homme qui tente de renouer avec son père durant un séjour dans un chalet retiré, loin de la ville. Le projet demeure un tantinet mystérieux (aucune bande-annonce n’a encore été diffusée), mais on nous promet une comédie noire doublée d’un thriller horrifique.

TONE-DEAF

<i>Tone-Deaf</i>
Photo courtoisie
Tone-Deaf

Robert Patrick dans un rôle de sociopathe violent ? Il n’en fallait pas plus pour attirer notre attention. Le vétéran du cinéma de genre prête ici ses traits à un veuf qui tentera tant bien que mal de contrôler ses pulsions meurtrières devant une jeune femme venue louer sa maison. Si on se fie au parcours du cinéaste Richard Bates Jr., on peut s’attendre à une aventure mouvementée et particulièrement décalée.

POLYESTER

<i>Polyester</i>
Photo courtoisie
Polyester

Bien avant RuPaul, Alyssa Edwards, Miss Vanjie et compagnie, il y avait Harris Glen Milstead, alias Divine. Malgré son décès prématuré en 1988, la célèbre drag queen et muse de John Waters a tenu la vedette de plusieurs films, désormais cultes, de Hairspray à Pink Flamingos, en passant par Female Trouble et Multiple Maniacs. On pourra ce mois-ci la (re)découvrir au sommet de son art avec une projection de Polyester. Et franchement, c’est sur grand écran qu’on saisit le mieux l’essence du personnage plus grand que nature.

PHANTOM OF THE PARADISE

<i>Phantom of the Paradise</i>
Photo courtoisie
Phantom of the Paradise

Quarante-cinq années (déjà !) après sa sortie, la célèbre fantaisie horrifique de Brian de Palma reprend l’affiche pour une seule et unique représentation à Montréal. L’acteur Paul Williams ainsi que le producteur Edward R. Pressman seront d’ailleurs sur place pour assister à la projection de cette comédie musicale pour le moins atypique où un compositeur défiguré signe un pacte de son sang dans l’espoir de conquérir la chanteuse de ses rêves.

DARLIN’

<i>Darlin’</i>
Photo courtoisie
Darlin’

Même s’il ne s’agit que de sa première offrande à titre de réalisatrice, Polyanna McIntosh est un nom très connu des fans de frissons grâce à ses rôles remarqués dans des films tels que The Woman, Let Us Prey et Exam. Elle reprend d’ailleurs son rôle de The Woman dans cette suite directe au film de 2011 où elle tentera de récupérer sa fille, désormais hébergée dans un pensionnat catholique. Cannibalisme, satire religieuse et horreur ne sont que quelques-uns des éléments promis par l’équipe du film. Voilà qui risque d’en attirer plus d’un.

THE CROW

<i>The Crow</i>
Photo courtoisie
The Crow

On connaît tous l’histoire tragique : l’acteur Brandon Lee a perdu la vie durant le tournage de The Crow en recevant une balle en plein abdomen. Le film, toutefois, est devenu un classique, en partie grâce à la performance iconique de l’acteur dans le rôle-titre. Et comme le projet de remake semble véritablement abandonné depuis que Jason Momoa a claqué la porte, toutes les raisons sont bonnes pour se rabattre sur l’original, toujours aussi efficace après 25 ans.

THE LODGE

<i>The Lodge</i>
Photo courtoisie
The Lodge

Quelques jours seuls avec leur belle-mère ? Voilà un scénario qui en ferait frissonner plusieurs. Mais pour deux enfants, un séjour au chalet avec la nouvelle copine de leur père virera réellement au cauchemar alors que la nature – ainsi que certains éléments du passé de la belle-mère – les gardera isolés de la civilisation. Tourné à Montréal l’an dernier, The Lodge a créé sensation dans les festivals où il a été projeté plus tôt cette année. Gageons que les cinéphiles ne manqueront pas cette occasion de le voir avant sa sortie officielle, prévue en novembre prochain.

LA VENGEANCE DE LA FEMME EN NOIR

<i>La vengeance de la femme en noir</i>
Photo courtoisie
La vengeance de la femme en noir

Le cinéaste Roger Cantin recevra cette année le prix Denis-Héroux, soulignant son apport au cinéma de genre et au cinéma indépendant québécois. L’occasion est donc parfaite pour revoir son classique La vengeance de la femme en noir présenté dans une version director’s cut.

HARPOON

<i>Harpoon</i>
Photo courtoisie
Harpoon

Un simple voyage de plaisance tourne au cauchemar lorsque trois amis se retrouvent à la dérive sur un luxueux yacht. Mais les rations alimentaires et les caprices de dame Nature deviendront les moindres de leurs soucis alors que les tensions et ressentiments enfouis se pointent le bout du nez. « Sadique » et « tordu » ne sont que quelques-uns des mots utilisés pour décrire cette nouvelle offrande de Rob Grant. Et ils ont suffi à nous convaincre. En prime, l’acteur Munro Chambers (interprète du personnage-titre du film Turbo Kid) sera sur place pour l’occasion.

KILLERMAN

<i>Killerman</i>
Photo courtoisie
Killerman

Les cinéphiles montréalais seront les tout premiers à découvrir Killerman du cinéaste américain Malik Bader. L’acteur d’origine australienne Liam Hemsworth s’y glisse dans la peau d’un criminel spécialisé dans le blanchiment d’argent, devenu amnésique à la suite d’un coup ayant tourné au vinaigre. Si on se fie à la bande-annonce particulièrement explosive, on aura droit à une virée endiablée où les apparences sont parfois trompeuses.


► Le festival Fantasia se déroulera du 11 juillet au 1er août. Pour la programmation complète et l’horaire des projections : fantasiafestival.com