/sports/hockey
Navigation

Offres hostiles: aux risques et périls des directeurs généraux

Marc Bergevin
Photo Pierre-Paul Poulin Marc Bergevin

Coup d'oeil sur cet article

Déposer une offre hostile n’est pas une stratégie à la mode. Si elle fonctionne, elle coûte cher. Dans le cas contraire, elle vous peinture dans le coin. Pas surprenant qu’en cette ère de plafond salarial, seulement neuf fois un directeur général a tenté sa chance. Les directeurs généraux sondés ont beau assurer que les relations entre Marc Bergevin et ses homonymes ne seront pas entachées, il n’en reste pas moins que certains de ses prédécesseurs ont eu la vie dure après s’être lancés aux trousses d’un joueur autonome avec restriction.

 Ryan Kesler      

  •  12 septembre 2006 | 1 an/ 1,9 M$  
  •  Offert par Flyers de Philadelphie (Bobby Clarke)  
  •  Égalé par Canucks de Vancouver (David Nonis)   

Bien qu’il trouve cette offre ridicule et qu’elle l’approche dangereusement du plafond salarial de 44 M$, Nonis s’assure de l’égaler. Sous le couvert de l’anonymat, certains DG de la LNH se questionnent, d’autres fustigent la stratégie de Clarke. Ce dernier remettra sa démission un mois et demi plus tard. Les Flyers termineront cette saison au dernier rang du circuit Bettman.

Thomas Vanek       

  •  6 juillet 2007 | 7 ans/ 50 M$  
  •  Offert par Oilers d’Edmonton (Kevin Lowe)  
  •  Égalé par Sabres de Buffalo (Darcy Regier)   

Kevin Lowe a poussé l’audace en présentant deux offres hostiles au cours du même été. La première a rapidement été égalée par Darcy Regier. Ce dernier n’a pas manqué d’écorcher Lowe au passage, lui rappelant qu’il lui avait signifié qu’il ne laisserait pas Vanek partir. L’Autrichien de 23 ans venait de terminer son premier contrat. « Ce fut un exercice futile. Je suppose qu’il pensait que nous bluffions », avait-il alors déclaré. 

Dustin Penner      

  •  26 juillet 2007 | 5 ans/ 21,5 M$  
  •  Offert par Oilers d’Edmonton (Kevin Lowe)  
  •  Accepté par Ducks d’Anaheim (Brian Burke)   

Brian Burke n’a pas mâché ses mots à l’endroit de Kevin Lowe. En plus de le traiter de lâche, il lui a promis de lui mettre son poing sur la gueule. En fait, Burke en avait surtout contre le fait que Lowe ait offert un contrat annuel de 4,25 M$ à un athlète de 29 ans qui, l’année précédente, ne touchait que 478 500 $. Il soutenait que ce geste, « typique d’un homme qui veut sauver son emploi », allait créer une spectaculaire inflation qui allait affecter toutes les équipes. Évidemment, Burke n’a pas égalé l’offre. Un an plus tard, Lowe cédait sa place à Steve Tambellini, devenant toutefois président des opérations hockey.

David Backes      

  •  1er juillet 2008 | 3 ans/ 7,5 M$  
  •  Offert par Canucks de Vancouver (Mike Gillis)  
  •  Égalé par Blues de St. Louis (Andy Murray)   

Ayant d’abord tenté sans succès d’acquérir David Backes par voie de transaction, Mike Gillis, en poste depuis seulement deux mois et demi, lui dépose une offre hostile. « C’était comme s’il nous avait demandé de lui donner une Volkswagen contre une Porsche », avait lancé John Davidson, président des opérations hockey des Blues, concernant la proposition de transaction.     

Steve Bernier      

  •  8 juillet 2008 | 1 an/ 2,5 M$  
  •  Offert par Blues de St. Louis (Andy Murray)  
  •  Égalé par Canucks de Vancouver (Mike Gillis)   

Une semaine plus tard, dans le but de se venger, les Blues déposent une offre hostile à Steve Bernier, que les Canucks ont acquis quatre jours plus tôt en retour de deux choix au repêchage.

Niklas Hjalmarsson      

  •  9 juillet 2010 | 4 ans/ 14 M$  
  •  Offert par Sharks de San Jose (Doug Wilson)  
  •  Égalé par Blackhawks de Chicago (Stan Bowman)   

Les Blackhawks ont déjà perdu sept joueurs de l’équipe ayant ramené la Coupe Stanley à Chicago, après 49 ans d’absence, le mois précédent. Doug Wilson tente d’achever la bête blessée en offrant une augmentation de salaire de près de 3 M$ au défenseur de 23 ans. Malgré une situation complexe sous le plafond salariale, Bowman choisit de retenir les services du Suédois. 

Shea Weber      

  •  18 juillet 2012 | 14 ans /110 M$  
  •  Offert par Flyers de Philadelphie (Paul Holmgren)  
  •  Égalé par Predators de Nashville (David Poile)   

Croyant les Predators dans une situation précaire avec Ryan Suter et Shea Weber sur le marché des joueurs autonomes, les Flyers ont offert la plus lucrative offre hostile de l’histoire. Sur les 110 M$ promis à Weber, 68 M$ consistaient en des bonis de signature. Dans le livre The Philadelphia Flyers at 50, publié en 2016, Holgren raconte avoir démissionné de son poste deux ans après avoir soumis cette offre hostile parce qu’il sentait qu’aucun de ses confrères ne voulait faire affaire avec lui depuis ce geste.

Par ailleurs, lors du renouvellement de la convention collective, des balises ont été créées pour limiter la durée des offres de contrat.

Ryan O’Reilly      

  •  28 février 2013 | 2 ans/ 10 M$  
  •  Offert par Flames de Calgary (Jay Feaster)  
  •  Égalé par Avalanche du Colorado (Greg Sherman)   

Feaster a sans doute longtemps remercié Sherman d’avoir égalé l’offre. Au moment de déposer son offre hostile à Ryan O’Reilly, le DG des Flames ignore que s’il obtient gain de cause, une particularité de la toute nouvelle convention collective fait en sorte qu’O’Reilly devra passer par le ballottage (parce qu’il a joué dans la KHL, alors que la saison de la LNH était commencée). Ainsi, les Flames auraient perdu O’Reilly en plus des deux choix compensatoires (1re et 3e ronde) pour ses services.

À VOIR AUSSI: