/sports/hockey
Navigation

Allée des légendes du hockey au Centre Vidéotron: bientôt une statue de Marc Tardif?

Ses anciens coéquipiers aimeraient bien qu’il soit honoré pour représenter les Nordiques du temps de l’AMH

Allée des légendes du hockey au Centre Vidéotron: bientôt une statue de Marc Tardif?
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Jean Béliveau a sa statue, les frères Statsny découvriront la leur le mois prochain et Joe Malone aura la sienne en 2020 dans l’allée commémorant les légendes du hockey devant le Centre Vidéotron. Qu’en est-il de l’époque des Nordiques dans la défunte Association mondiale de hockey (AMH)? Si les anciens membres de l’équipe devaient trancher, le nom de Marc Tardif obtiendrait la faveur de la majorité d’entre eux.  

Tel est le consensus qui se dégageait jeudi matin au Club de golf de Lorette à l’occasion de la 11e édition de l’Omnium des anciens Nordiques au profit de la Fondation Maurice Tanguay.

La Ville de Québec a prévu rendre hommage à cinq périodes importantes du hockey à Québec en aménageant une allée commémorative près de l’amphithéâtre. Le choix du hockeyeur qui représentera les années 1972 à 1979 dans l’AMH sera connu à l’issue d’un prochain vote populaire, mais pour le président de l’Association des anciens Nordiques, Dave Pichette, Marc Tardif mérite amplement de recevoir un tel hommage.

Allée des légendes du hockey au Centre Vidéotron: bientôt une statue de Marc Tardif?
Photo Stevens LeBlanc

«Il y a trois noms qui sautent rapidement aux yeux. Il y a Jean-Claude Tremblay, Marc Tardif et [Réal] Buddy Cloutier. Ces trois gars ont transporté l’équipe et ils ont permis aux Nordiques à Québec de rentrer dans la Ligue nationale, a-t-il commencé par dire.

«Cela dit, je pense que le premier nom qui devrait sortir est Marc Tardif, qui a vraiment été un joueur dominant. Buddy a été un joueur extraordinaire, mais son arrivée [celle de Tardif] a propulsé les Nordiques à un autre niveau.»

Un impact immédiat  

D’aucuns n’hésitent pas à affirmer que l’arrivée du fougueux attaquant en provenance des Stags du Michigan en 1975 avait aidé à relancer la concession qui commençait à vivoter. Nommé capitaine à l’aube de la saison 1976-1977, le Granbyen s’est élevé au rang de super vedette instantanément, remportant deux fois le championnat des marqueurs du circuit maudit tout en guidant les siens vers la conquête de la coupe Avco au printemps 1977. L’année suivante, l’ancien du Canadien avait enregistré la récolte la plus fructueuse en une saison grâce à 154 points en 78 rencontres.

Alain Côté et Jocelyn Thibault
Photo Stevens LeBlanc
Alain Côté et Jocelyn Thibault

«Mon premier vote irait à Marc Tardif, a réfléchi à haute voix l’ancien attaquant Alain Côté tout en rappelant l’impact de l’arrivée du défenseur Jean-Claude Tremblay après que celui-ci eut quitté le Canadien pour joindre les Nordiques en vue de la campagne inaugurale de 1972-1973.

«Buddy a fait tout une job, mais le gars qui a un peu sauvé la concession de Québec, c’est Marc Tardif quand Maurice Filion est allé le chercher au Michigan. Ça a donné un deuxième souffle à l’équipe. Il l’a jumelé avec Buddy et Christian Bordeleau et ça a fait une méchante belle ligne de hockey.»

Pierre Lacroix, Dave Pichette et Alain Côté
Photo Stevens LeBlanc
Pierre Lacroix, Dave Pichette et Alain Côté

«C’est un choix difficile, a convenu l’ancienne gloire des Remparts, André Savard, qui avait été choisi en première ronde par les Fleurdelisés en 1973 quelques jours après avoir été la prise des Bruins de Boston avec lesquels il a disputé trois saisons. 

«On parle de Marc Tardif, Réal Cloutier et Marc a souligné Jean-Claude Tremblay, qui m’avait d’ailleurs appelé pour me demander si je voulais jouer dans l’AMH. Cela dit, je pense que le nom qui va sortir le plus, c’est celui de Marc Tardif.»

André Savard
Photo Stevens LeBlanc
André Savard

Tardif vote pour J.C.

Mis au parfum, le principal intéressé est resté humble devant ce concert d’éloges, jugeant que cet honneur devrait revenir à Tremblay pour avoir été la première grande vedette de l’histoire de la franchise après avoir tourné le dos au Canadien et à la LNH.

«Si j’avais un vote à donner, je le donnerais à Jean-Claude Tremblay, a-t-il assuré. Il a été l’instigateur, avec Bobby Hull en 1972 [à Winnipeg], en quittant les Canadiens pour joindre les rangs de l’AMH. C’était à l’époque des années de gloire des Canadiens et de partir du Canadien pour s’en venir à Québec, dans une ligue qui n’était pas sûre de fonctionner, ça prenait du guts et de la volonté. Si Jean-Claude n’était pas venu à Québec, je ne pense pas qu’il y aurait eu des Nordiques.»

L’édition 2019 du tournoi a permis de recueillir 70 000$ pour la Fondation Maurice Tanguay qui vient en aide aux enfants handicapés.

Allée des légendes du hockey au Centre Vidéotron: bientôt une statue de Marc Tardif?
Photo Stevens LeBlanc