/misc
Navigation

L'indépendance pour la responsabilité des peuples

L’indépendance, loin d’être une volonté de rejet, de repli et d’exclusion, s’assure plutôt que chacun fasse sa part pour s’assurer qu’on ne coule pas tous à pic.

L'indépendance pour la responsabilité des peuples

Coup d'oeil sur cet article

Récemment, j’écoutais le film The Patriot avec Mel Gibson. Si je confesse que c'est un de mes films préférés, malgré le fait qu’il s’agisse d’une très libre fiction historique et non d’une reconstitution fidèle de l’histoire de la guerre d’Indépendance américaine, en ce 4 juillet, c’est une réplique, à la toute fin, qui m’a inspiré ce billet.   

«Comment avons-nous pu en arriver là... une armée de fripouilles et de paysans», que déclare, le regard vaincu et lointain, le général Cornwallis à son subalterne, qui le conjure de sonner la reddition complète devant l’armée continentale.    

Au-delà des costumes, des siècles, des tricornes et des canons, ça m’a fait penser à nous, au Québec, aux Québécois. À ce regard terrible, injuste et tellement caricatural qu’a toujours porté sur nous le Canada anglais et qui en est venu à corrompre, pour beaucoup, notre propre perception de nous-mêmes. Tantôt «nègres blancs» d’Amérique, éternels porteurs d’eau, ressource inépuisable de cheap labor, peuple sans culture de fucking French bastards, colonie de grenouilles de bénitier vulnérables, sous-éduquées et maintenant «analphabètes fonctionnelles» et j’en passe. À cela s’ajoute aujourd’hui que nous sommes supposément une nation raciste, xénophobe et retardée, qui fait honte sur la scène internationale à cet honorable Canada, chantre du post-nationalisme et paradis de l’immigration massive, avec notre loi sacrilège sur le port des signes religieux. En gros: des fripouilles et des paysans.    

Ce matin, en parcourant mon fil d’actualités, j’étais profondément morose. Les nouvelles du jour me donnaient l’impression que le Québec est possédé par le démon d'un nationalisme sombre et assassin, que tentent désespérément d’exorciser les prêtres du multiculturalisme vertueux avec leurs litanies mesquines et cruelles. Bref, ce genre de matins qui ne sait que donner le cafard. Puis, en sortant de mon lit, je me suis dit que c’était peut-être une bonne chose, finalement, que d’être continuellement sous-estimés, moqués et calomniés. Car pensons-y un instant: qu’est-ce qui fait plus l’histoire qu’une victoire que personne n’a vue venir? Maintenant, je me demande: quelle importance que le Canada nous voit comme une province-raclure si nous, nous savons que nous portons en nous notre vérité historique qui, sans être parfaite, angélique et sans éceuils, est très loin de son portrait indigne et dégoûtant? Quelle importance si nous, nous savons que nous possédons la plupart des plus grandes richesses du pays, tant au niveau des ressources, du territoire que de nos humanités? Y a-t-il encore quelqu'un pour croire au Love-in? Qui ignore encore ce que goûte «l'amour» du ROC? Ou qui espère une quelconque reconnaissance de sa part? Alors quelle importance face à la trotteuse du grand cadran?  

Je ne suis pas politologue, militante, analyste, pas plus que je ne connais notre futur. Par contre, je suis plutôt douée pour ressentir ce qui se trame autour de moi. Ressentir ce que personne ne dit, mais que tout le monde terre d’une façon ou d’une autre en lui et qui s’inscrit bien au-delà de ce que sépare l’axe gauche-droite et de ce qui se déchire entre souverainisme et fédéralisme. Et mon petit doigt me dit qu’à l’heure où on entrevoit de plus en plus clairement les limites mortifères de la mascarade du multiculturalisme canadien, nous commençons à doucement comprendre que le seul moyen d’arrêter le train fou dans lequel nous a embarqués de force Trudeau père, et que conduit aujourd'hui son noble héritier, n’est pas la dissolution des peuples et l’effacement de nos mémoires. Je crois que si on veut avoir une chance de faire face intelligemment à la crise actuelle, si on veut vraiment pouvoir agir, chaque nation doit impérativement se prendre en main et se donner les moyens d’assumer ses responsabilités politiques, sociales et écologiques, plutôt que de continuer de s'en remettre aveuglément aux élites polluantes qui nous ont impunément conduits au bord du précipice. Ainsi, l’indépendance, loin d’être une volonté de rejet, de repli et d’exclusion, vise plutôt à ce que chacun fasse sa part pour s’assurer qu’on ne coule pas tous à pic.    

Si aujourd’hui, j’ai envie de souhaiter un très joyeux 4 juillet à nos voisins américains, ce n’est pas dans un esprit grattonesque qui encenserait le fait qu’«eux zôtres, ils l’ont l’affaire», mais dans l’espoir, la certitude d’en souhaiter de même, bien plus tôt que tard, à tous mes compatriotes et de rappeler que si des «fripouilles et des paysans» ont jadis réussi à s’affirmer devant l’Angleterre, il n’y a aucune raison que nous ne réussissions pas à en faire de même devant le Canada. En attendant, ma foi demeure.