/entertainment/music
Navigation

Pour que rayonne la mémoire de Félix

La soirée-bénéfice au profit de la Fondation Félix-Leclerc a connu du succès, mercredi

Coup d'oeil sur cet article

La boîte à chansons de l’île d’Orléans a fait salle comble, mercredi, alors que se tenait la soirée-bénéfice annuelle de la Fondation Félix-Leclerc, qui a rassemblé 140 admirateurs de l’œuvre de Félix venus assister au concert intime de Mario Pelchat.

L’événement présenté par Québecor, à L’Espace Félix-Leclerc, permet chaque année d’amasser des fonds destinés aux activités de ce haut lieu de la culture francophone, qui garde bien vivante l’œuvre de Félix.

C’est d’ailleurs avec enthousiasme que John R. Porter, président du conseil d’administration de la Fondation Félix-Leclerc, projette de maximiser ce fabuleux site se déployant à l’entrée de l’île d’Orléans et même d’« élargir le territoire de Félix Leclerc ».

Partout

Sa mémoire rayonnera bientôt tout autour de l’île, dans l’ensemble des régions du Québec et même bien au-delà, à travers des sites évocateurs, car « ce que les gens aiment, c’est pouvoir repasser dans les traces de Félix », affirme M. Porter.

« Notre mission première est de servir la mémoire de Félix et son actualité, dit-il. Nous sommes dans une dynamique de développement, dans un processus de conquête. Nous devons faire en sorte que Félix Leclerc demeure toujours un grand projet. »

« Éternel »

« Ça fait déjà 31 ans qu’il est mort. On me parle encore beaucoup de lui. Il est ici ce soir, il est pas mal éternel », a rappelé mercredi Nathalie Leclerc, créatrice de l’Espace Félix-Leclerc et fille du poète.

« Félix Leclerc a été un précurseur de la chanson francophone, qui a non seulement chanté en français, mais a chanté l’accent québécois avec le verbe québécois », ici et à l’étranger en pavant la voie aux autres artistes, a conclu Martin Tremblay, chef de l’exploitation du Groupe Sports et divertissement chez Québecor.

Sur le même sujet