/news/provincial
Navigation

Des horaires de travail réaménagés pour éviter la congestion routière

«L’amplitude» des journées des cols blancs de la Ville de Québec est étendue

Coup d'oeil sur cet article

Les cols blancs de la Ville de Québec ont obtenu un réaménagement de leurs horaires de travail qui leur permettra d’éviter, le plus possible, de se retrouver coincés dans le trafic routier.

C’est ce que Réal Pleau, président du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec (SFMQ), a fait savoir au Journal, vendredi, quelques heures après que ses membres eurent accepté, à 83 %, de renouveler leur convention collective.

« Nos membres ressentent de plus en plus les effets de la congestion routière. Nous avons obtenu plus de flexibilité dans les horaires de travail. C’était notre principale demande et la Ville l’a acceptée sans trop de problèmes », a expliqué M. Pleau.

Les cols blancs, qui bénéficient déjà de l’horaire variable, continueront de travailler à raison de 35 heures par semaine. Par contre, leur journée pourra commencer dès 7 h du matin (au lieu de 7 h 30) et se terminer à 18 h (au lieu de 17 h 30). Ils pourront quitter le travail dès 15 h (au lieu de 16 h actuellement). Le télétravail est également mis en place.

Conciliation travail-famille

« Cette demi-heure au début et à la fin de la journée peut vraiment permettre d’éviter la congestion. Nos membres tiennent de plus en plus à la conciliation travail-famille », a insisté le chef syndical.

M. Pleau a assuré, du même souffle, que « des mécanismes » seront mis en place pour s’assurer que les services aux citoyens ne souffrent pas de ces changements.

Les cols blancs ont également obtenu des hausses salariales comprises entre 1,5 % et 2 % par année. Par contre, ils ont dû céder certains avantages en matière d’assurance-maladie et de coûts de stationnement.

Faible taux de participation

Seuls 550 des 1700 membres du SFMQ (32 %) ont participé au vote de jeudi soir sur l’entente de principe intervenue le 21 juin.

M. Pleau ne s’en est pourtant pas formalisé. Il a expliqué la faible participation par le beau temps, les vacances et le début du Festival d’été de Québec. « Généralement, ceux qui sont mécontents se déplacent davantage que ceux qui sont contents, a-t-il laissé tomber. Mais je n’ai aucun problème avec ces chiffres. »

La convention collective va courir du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2023.

À l’exception des cols bleus qui continuent de négocier de façon intensive, les groupes syndiqués les plus importants de la Ville de Québec ont tous entériné leur nouveau contrat de travail.