/finance/news
Navigation

Votre chien a-t-il besoin d’un passeport lors d’un voyage en avion?

Votre chien a-t-il besoin d’un passeport lors d’un voyage en avion?
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Vos vacances arrivent à grands pas et vos proches sont tous indisponibles pour garder votre chien. De toute façon, vous aimez avoir votre compagnon avec vous en voyage. Mais cette année, vous prenez l’avion et vous vous demandez si c’est possible.

Pour voyager avec votre animal de compagnie en avion, il faut s’y prendre d’avance puisque, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les règles ne sont pas toujours les mêmes dépendamment de votre destination, et même de la compagnie aérienne !

Votre animal n’aura pas véritablement besoin de « passeport » à proprement parler, mais il devra tout de même montrer patte blanche aux autorités gouvernementales de destination, avec tous les documents exigés.

Formulaire

À titre d’exemple, pour voyager avec son chien en France, il est nécessaire que celui-ci soit examiné par un vétérinaire avant le vol afin que ce dernier remplisse le formulaire « Mouvement non commercial d’un nombre de chiens, de chats ou de furets inférieur ou égal à cinq », qui sera le document principal de voyage de votre chien. Vous l’aurez déjà compris, il y a des frais.

Pour que ce document soit valable, il faut que votre chien ne soit pas destiné à faire l’objet d’une vente. Il faut également que votre chien ait un certificat valide de vaccination contre la rage et avoir une puce sous-cutanée d’identification. Là encore, il faut prévoir des frais.

En plus d’être obligatoire, le formulaire doit être signé dans les 10 jours qui précèdent l’entrée de l’animal en France.

Une fois ce formulaire signé par votre vétérinaire, il faut qu’un vétérinaire de l’Agence Canadienne d’Inspection des Aliments (ACIA) approuve ce formulaire avant votre départ, et ce, avec des frais de 20 $. Ce document bien complété sera en pratique le passeport de votre animal.

Politique des compagnies aériennes

Mais il y a plus ; il faudra également se renseigner auprès de la compagnie aérienne avec laquelle vous voyagez afin de connaître sa propre politique concernant le transport d’animaux de compagnie. Certaines compagnies aériennes acceptent un chat ou un petit chien en cabine à condition de respecter les normes de taille de la cage ainsi que du poids de l’animal qui devra, en général, être en dessous de 9 kilos. La plupart des compagnies aériennes autorisent également le voyage en soute de chiens et chats, et ce également à certaines conditions, d’où l’importance de vérifier ces détails à l’avance !

Ce service aérien n’est malheureusement pas gratuit. En effet, en fonction des compagnies aériennes et du type de vols (domestique ou international), le coût d’un « billet d’avion » pour votre animal de compagnie varie entre 100 $ et 300 $ pour un aller simple. Ce coût se rajoute évidemment à tous les frais requis pour le « passeport » !

Ainsi, la rigueur est de mise pour s’assurer qu’aucune embûche n’arrivera à l’aube de vos vacances, et ce afin d’éviter des conséquences pécuniaires et émotives qui pourraient s’avérer importantes.

Conseils

  • Commencez la préparation du voyage deux à trois mois avant la date du départ.
  • N’hésitez pas à magasiner les compagnies aériennes afin de connaître les meilleurs tarifs pour le « billet d’avion » de votre chien, ainsi que les conditions les plus souples !
  • Commencez par contacter le bureau local de l’Agence canadienne d’inspection des aliments afin de connaître les exigences gouvernementales de votre pays de destination.
  • Utilisez la liste de vérification disponible sur le site de l’ACIA afin de vous assurer que vous n’oubliez rien.
  • Sachez qu’il est de votre responsabilité de vérifier les exigences d’importation en vigueur dans le pays de destination, car en cas de non-conformité, votre animal de compagnie peut être renvoyé dans son pays d’origine ou placé en isolement. Ces mesures en cas de non-respect sont souvent appliquées aux frais du propriétaire et sans aucune possibilité de compensation financière.