/news/health
Navigation

Il fait beaucoup de route à 76 ans pour s’occuper de personnes âgées

Martin Toussaint
Photo Stéphanie Gendron Le Dr Martin Toussaint aide maintenant les gens de son âge.

Coup d'oeil sur cet article

L’ISLET | Un médecin de 76 ans qui habite L’Islet, dans Chaudière-Appalaches, s’occupe d’une centaine d’aînés vivant dans une résidence située à près de quatre heures de route de chez lui.

Le Dr Martin Toussaint a eu une brillante carrière dans la région, comme médecin de famille à l’urgence de l’hôpital de Montmagny et comme coroner. Malgré son âge avancé, il continue à prendre soin de personnes âgées.

Il y a sept ans, son fils, à l’époque directeur des services professionnels à Saint-Jean-sur-Richelieu, l’a recruté pour prendre en charge des aînés en résidence, où le manque de médecin était criant.

Depuis 2017, il s’occupe ainsi de 130 personnes âgées à la Résidence Les Jardins & Bleu et Or de Richelieu, en Montérégie.

Une fois par mois, il prend le volant, avec son épouse, à partir de chez lui, et fait 3 heures 30 de route. Il habite pendant une semaine chez l’un de ses enfants et rencontre ses patients.

Les trois autres semaines, il a recours à la télémédecine à partir de chez lui, où il garde des copies partielles des dossiers de ses patients. Une infirmière peut, par exemple, prendre une photo pour un problème en dermatologie chez un patient et lui envoyer l’image.

Toujours utile

Les heures de travail qu’il fait chaque mois évitent, à son avis, des consultations à l’urgence.

« J’imagine que j’ai encore une certaine utilité, dit-il en riant. Ces deux résidences-là, je ne sais pas ce qu’elles seraient devenues. Ils [les patients] auraient consulté à l’urgence, ça aurait été un aller-retour continuel », estime le médecin.

Attaché à son métier, il envisage de prendre sa retraite en 2022, alors qu’il l’avait d’abord prévue pour 2019.

« J’aime ce que je fais, j’aime voir ma contribution. J’y trouve une satisfaction. Si tu aimes quelque chose, tu vas être porté à bien le faire », confie Martin Toussaint.

Apprentissage continu

Il y a deux ans, le Collège des médecins a vérifié son profil en raison de son âge plus avancé. Une pratique qu’il trouve correcte et nécessaire.

Toutefois, il estime qu’à son âge, s’il en venait à être obligé de mettre ses apprentissages à jour avec d’autres jeunes médecins en formation, il penserait à se retirer, « peut-être à cause d’un brin d’orgueil », dit-il.

« Je ne suis pas contre ça du tout. Il n’y a pas d’autres solutions. C’est très important, le Collège n’a pas le choix », dit celui qui se fait un point d’honneur de se maintenir à jour.