/finance/opinion/columnists
Navigation

L’emploi sourit à François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Depuis son arrivée au pouvoir le 1er octobre dernier, le gouvernement Legault s’en est bien tiré sur le marché de l’emploi, alors que 75 600 emplois ont été créés.

Et comme statistique de l’emploi encore plus révélatrice de la bonne santé du marché québécois de l’emploi, sachez que la presque totalité des emplois créés, soit 97 %, est constituée d’emplois à temps plein.

Ainsi, la bonne performance du marché de l’emploi au Québec que nous avions connue sous l’ancien gouvernement libéral de Philippe Couillard se poursuit de plus belle sous François Legault.

À tel point d’ailleurs que le taux de chômage dans la province est revenu à son creux historique des 43 dernières années, soit de 4,9 %. Le nombre de chômeurs a baissé de 10 600 depuis octobre dernier.

Dans l’ensemble du Canada, le Québec n’est devancé au niveau du taux de chômage que par la Colombie-Britannique, qui affiche un taux de 4,5 %. Avec son taux de chômage de 4,9 %, le Québec devance ainsi l’Ontario (5,4 %) et la moyenne canadienne (5,5 %).

MAIS EN ONTARIO...

Sans vouloir minimiser la performance du marché de l’emploi au Québec sous François Legault, il faut cependant dire que celle-ci s’inscrit dans un marché canadien de l’emploi grandement positif.

Concrètement, la création de nos 75 600 emplois ne représente que 21,5 % du total des emplois créés au Canada (352 000) depuis octobre 2018. C’est même un point de pourcentage de moins que le poids de notre population active dans celle de l’ensemble du pays.

La province la plus dynamique au chapitre de la création d’emplois au Canada est l’Ontario, avec 167 500 nouveaux emplois depuis octobre. Ce qui équivaut à 48,6 % de tous les emplois créés au pays durant cette période, devançant ainsi de 10 points de pourcentage son poids dans la population active au Canada.

La Colombie-Britannique, avec 59 400 nouveaux emplois, a elle aussi mieux fait que le Québec en créant plus d’emplois que son poids relatif dans la population active.

LES SECTEURS

Dans le secteur de la production de biens, il s’est créé 22 900 emplois d’octobre à juin, dont quelque 14 900 dans le sous-secteur de la fabrication, et 7100 dans la construction.

La production de biens accapare donc 30,3 % des emplois créés, soit 10 points de pourcentage de plus que le poids de ce secteur dans l’ensemble des emplois. Voilà un bon indice de santé économique.

Du côté du secteur des services, où 52 600 emplois nouveaux ont vu le jour depuis l’élection de François Legault, il est rassurant de voir que l’enseignement a vu le nombre d’emplois augmenter de 10 000, et qu’en soins de la santé et assistance sociale le nombre a bondi de 11 100. 

Alors qu’on note un gain de 20 300 emplois dans le sous-secteur transport et entreposage, il s’en est perdu davantage (-22 400) dans les services d’hébergement et de restauration.

Quant aux administrations publiques (fédérale, provinciale, municipale), elles ont le don d’attirer régulièrement l’attention des contribuables en augmentant leurs effectifs.

Sous le gouvernement Legault, il s’est ajouté jusqu’à présent 8200 emplois, accaparant 10,8 % des nouveaux emplois, soit presque deux fois plus que le poids des administrations publiques dans l’ensemble des emplois.