/travel/europe
Navigation

Lisbonne, aussi sublime que colorée

Lisbonne, aussi sublime que colorée
Photo Mathieu Dupuis

Coup d'oeil sur cet article

Huit semaines en sac à dos à parcourir l’Europe exigent une planification quotidienne. Chaque matin, quelques minutes sont consacrées à l’exploration des vols à rabais et autres promotions sur le web. Toujours à la recherche de la bonne affaire pour en faire plus avec moins ! À Barcelone depuis quelques jours, je déniche un vol vraiment pas cher vers Lisbonne. En direction de l’aéroport, je réalise que je n’ai fait que très peu de recherche sur la capitale du Portugal. Néanmoins, je n’ai entendu que de bons mots sur l’endroit. Chose étrange, cette destination n’avait pas piqué ma curiosité auparavant. 

 Inauguré en 1875, l’arc de triomphe 
de la rue Augusta, un monument 
magnifique vu depuis le niveau 
du sol ou de son mirador 
accessible depuis 2013.
Photo Mathieu Dupuis
Inauguré en 1875, l’arc de triomphe de la rue Augusta, un monument magnifique vu depuis le niveau du sol ou de son mirador accessible depuis 2013.

 

 

Arrivé à l’aéroport de « Lisboa », je saute aussitôt dans le métro. En peu de temps, me voilà marchant sous la pluie croisant la « rua Da Prata » en ­direction du quartier Alfama où je ­logerai. Ce qui me frappe et me fait rire à la fois, c’est de constater à quel point le pavé uni blanc est glissant une fois détrempé. En fait, c’est une véritable patinoire, la prudence s’impose. Après une chasse au trésor dans la pénombre afin de trouver mon hébergement, je m’écroule de fatigue. 

Datant des années 30, les petits 
tramways jaunes, aussi appelés les 
« Remodelado », sont dotés d’un 
charme unique. Le plus connu est 
le tram 28 qui parcourt de nombreux quartiers historiques.
Photo Mathieu Dupuis
Datant des années 30, les petits tramways jaunes, aussi appelés les « Remodelado », sont dotés d’un charme unique. Le plus connu est le tram 28 qui parcourt de nombreux quartiers historiques.

 

Après une nuit de repos, je ­découvre la ville sous un soleil ­matinal ­radieux. De jour, elle surprend au premier ­regard. Sa dominante de couleur gris blanc et ses nombreux toits ocre laissent entrevoir une ville ­relativement ­monochrome. Mais je me ravise rapidement. 

Le pastel de nata est un délicieux 
dessert typiquement lisboète.
Photo Mathieu Dupuis
Le pastel de nata est un délicieux dessert typiquement lisboète.

 

Lisbonne est colorée. Spectaculaire par ­endroits. Ici, la magie se joue dans les ­détails. Les façades des bâtiments ­recouverts de carrelage de style « azuléjo » aux motifs géométriques et aux teintes variées offrent des mosaïques qui se distinguent. Les graffitis sont ­omniprésents, mais parfois, ils ­s’intègrent comme de véritables fresques d’art urbain. Les kilomètres s’accumulent à la vitesse de l’éclair. Je suis infatigable malgré les nombreuses montées et descentes. 

Le funiculaire Da Gloria, 
une balade colorée.
Photo Mathieu Dupuis
Le funiculaire Da Gloria, une balade colorée.

 

Spectacle urbain 

D’une hauteur de 45 mètres, 
l’ascenseur Santa Justa offre une vue 
spectaculaire sur le vieux Lisbonne. 
Son style néogothique en fer forgé 
en fait une icône de Lisbonne.
Photo Mathieu Dupuis
D’une hauteur de 45 mètres, l’ascenseur Santa Justa offre une vue spectaculaire sur le vieux Lisbonne. Son style néogothique en fer forgé en fait une icône de Lisbonne.

 

Pas question de monter à bord des trams pour l’instant. J’ai un plaisir coupable à les ­photographier à leur ­passage. Le tram 28 est quant à lui le plus spectaculaire. Au ­passage des ­petites rues étroites, les trains semblent passer de justesse et ­s’entendent de loin. Les piétons doivent parfois s’adosser aux murs des maisons afin de libérer le passage. Une scène des plus spectaculaires. J’avoue que la tentation s’est fait sentir d’y monter, mais ce fut bref. Les trams sont bondés et l’espace intérieur est limité. Cependant, vivre cette ­expérience est incontournable. 

Vingt-quatre restaurants, huit bars 
et une douzaine de boutiques, 
une visite au Time Out Market est 
un rendez-vous gourmand.
Photo Mathieu Dupuis
Vingt-quatre restaurants, huit bars et une douzaine de boutiques, une visite au Time Out Market est un rendez-vous gourmand.

 

Après un bref arrêt au marché ­public « Time Out » et cassé la croûte dans une ambiance de foule à la fois ­intimiste, je me suis laissé porter sur la rue Nova Do Carvalho et son revêtement rose. Les couleurs sont éblouissantes. Une marche sur le trajet du funiculaire « da Gloria » où les graffitis sont plus que nombreux me plonge dans un univers spectaculaire de textures. C’est loin d’être monochrome. Quoi de mieux pour une dernière soirée à Lisbonne que de prendre un verre au sommet de l’ascenseur Santa Justa. Une façon unique d’admirer le panorama urbain de cet endroit sublime !