/misc
Navigation

«Tunnel Bonnardel»: ça rime avec Mirabel

Coup d'oeil sur cet article

Malgré toutes les déclarations, confirmations, je n’arrive pas à croire que le gouvernement Legault est sérieux lorsqu’il affirme vouloir construire un 3e lien entre Lévis et Beauport.

Le 27 juin, le ministre François Bonnardel certifiait que ce serait un tunnel... sans préciser les coûts de construction.

Pour un parti, la CAQ, qui s’est toujours présenté comme un parangon du bon sens comptable, de la saine gestion, des dépenses raisonnées et prudentes, qui a juré de combattre le gaspillage... c’est déconcertant.

Comparaison

Il suffit d’un petit exercice d’estimation pour comprendre que cet ouvrage pourrait être ruineux. Deux éléments d’actualité nous aident.

Le pont Samuel-De Champlain, d’abord, qui vient d’être inauguré à Montréal : il se déploie sur 3,4 kilomètres. En 2015, le coût de la construction fut estimé à 4,239 milliards de $. En 2018, Ottawa a dû allonger 235 M$ supplémentaires.

Toujours dans la métropole, le prolongement de la ligne bleue du métro, réannoncé jeudi : il sera de 5,8 kilomètres. Coût estimé: il « devrait s’élever à 4,5 milliards de dollars » ; mais cela demeure conditionnel « à l’obtention d’approbations et de financement », précisait Le Journal jeudi.

6, 8, 10 milliards ?

Et le « Tunnel Bonnardel » (d’autres suggestions de nom ? antoine.robitaille@quebecormedia.com), combien nous coûtera-t-il ?

Impossible qu’il soit moins onéreux que le nouveau pont Champlain ; et certainement pas moins que le prolongement de la ligne bleue.

Le tunnel Bonnardel serait bien plus large qu’un métro et ferait un peu plus de 6 km sous-fluviaux; auxquels il faudra ajouter 4 km répartis sur les rives pour les approches. Une dizaine de kilomètres environ, au total, donc, dans un terrain beaucoup plus complexe que celui où l’on creusera la ligne bleue. J’ai bien écrit « environ » ; on n’a pas mesuré précisément ! (Rappelons-nous du métro de Laval...) Avec l’inflation, ce sera quoi? Six, 8, 10 milliards $? Ne pourrait-on pas faire autre chose de brillant avec de telles sommes ? Poser la question...

Tunnel d’Avignon

Permettez un scénario catastrophe ? On lance la construction du « 3e lien », on perce, on creuse... Mais une crise économique mondiale éclate. Ça arrive. Les déficits se mettent à exploser.

À ce moment, on se rend compte que Québec est en train de faire un tunnel à quelque 6, 8, 10 milliards de $ pour le déplacement de 12 500 personnes (si on se fie à une estimation fantaisiste selon laquelle des gens de Sainte-Foy habitent « dans l’Est »).

La construction est stoppée au milieu du fleuve. Un peu comme cet autre tunnel autoroutier qu’on avait commencé, dans les années 1970, à percer dans le roc du cap Diamant et qui fut abandonné au bout d’un kilomètre en raison de coûts excessifs.

Remarquez, un tel « tunnel d’Avignon » (inachevé) pourrait servir. Pourquoi ne pas offrir la géothermie pas cher à une partie de Lévis ? Un abri antinucléaire géant ? Quand on a décidé d’abandonner l’aéroport Mirabel, construit à un endroit qui défiait la logique, on a multiplié les exercices d’imagination du genre !

En somme, espérons que le gouvernement trouvera une manière de se libérer de cette promesse irraisonnée.