/entertainment/feq
Navigation

[PHOTOS] Cœur de pirate au FEQ: une lumineuse rétrospective

[PHOTOS] Cœur de pirate au FEQ: une lumineuse rétrospective

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a pas que le décor pailleté qui scintillait de mille feux, dimanche sur la scène de la place George-V. Cœur de pirate aussi. La chanteuse a livré une lumineuse, généreuse et réjouissante rétrospective de ses 10 ans de carrière, devant une foule plus que joyeuse, trois ans après avoir fait les plaines d’Abraham.  

Il a fini par y avoir une bonne foule rassemblée à la place George-V pour accueillir la chanteuse dans la joie et les cris. «Je voulais vous remercier d’être ici en si grand nombre, sur une nouvelle scène», a-t-elle lancé, après avoir ouvert son concert avec Combustible, tiré du dernier album En cas de tempête ce jardin sera fermé.  

[PHOTOS] Cœur de pirate au FEQ: une lumineuse rétrospective
Photo Pascal Huot

Dansant comme une gamine, la chanteuse a multiplié les allers-retours dans le temps, mettant ainsi en scène les succès éclatants qu’elle a cumulés dans la dernière décennie, comme Golden Baby, Adieu, Ensemble et Drapeau blanc, qui a créé une belle valse au parterre.   

Puis, Cœur de pirate s’est installée seule au piano pour interpréter Francis et Place de la République. «Si vous ne connaissez pas les paroles, on peut marmonner, parce que c’est déjà un peu ça que je fais», a-t-elle blagué juste avant Comme des enfants.  

[PHOTOS] Cœur de pirate au FEQ: une lumineuse rétrospective
Photo Pascal Huot

Surprenante  

Comme elle aime surprendre lors de ses concerts, la chanteuse, qui aura bientôt 30 ans, a offert trois pièces (St-Laurent, Carte blanche et Amour d’un soir) dans des versions folk franchement intéressantes. «Ce ne serait pas un concert de Cœur de pirate si on faisait les choses simplement», a-t-elle justifié.    

«J’aime tous les styles de musique dans la vie, un peu comme en amour. D’ailleurs, il y a quelqu’un dans la foule avec un chandail de Metallica, a-t-elle observé. Je l’accepte quand même!»  

[PHOTOS] Cœur de pirate au FEQ: une lumineuse rétrospective
Photo Pascal Huot

Il ne faut pas oublier qu’aussi douce et fragile puisse-t-elle être, Cœur de pirate sait se montrer aussi intense et incarnée, elle qui a incorporé la danse à sa musique il y a quelques années, ce qui fait d’elle une brillante bête de scène.   

Les Crier tout bas, Oublie-moi, Prémonition et Dans la nuit, constituait le dernier droit de ce spectacle rythmé. «Je ne suis jamais loin, a-t-elle conclu. Vous allez encore être pris avec moi pour un bout.» Et c’est bien tant mieux!  

[PHOTOS] Cœur de pirate au FEQ: une lumineuse rétrospective
Photo Pascal Huot

U.S. Girls: étrange impression  

Il y a de ces prestations qui nous laissent perplexes. On avait lu au sujet de cette fille, Meghan Remy, qui porte le projet musical U.S. Girls sur ses épaules depuis 2007, que des critiques élogieuses.   

[PHOTOS] Cœur de pirate au FEQ: une lumineuse rétrospective
Photo Pascal Huot

Finaliste au prix Polaris en 2016, Américaine au passé douloureux exilée au Canada, porte-étendard d’une poésie féministe, créatrice d’une pop expérimentale aux alliages nombreux, elle a livré dimanche une performance artistique et théâtrale un peu curieuse, devant quelques centaines de fans dubitatifs, aux côtés de musiciens colorés et d’une autre chanteuse.   

Vêtue d’une robe translucide, elle s’est déhanchée de manière suggestive, lascive et plutôt étrange tout au long de sa prestation. U.S. Girls a terminé en dansant au rythme d’un solo de percussions endiablées qui a duré une quinzaine de minutes et qui ne finissait plus. On a eu de la difficulté à bien saisir le phénomène et à déterminer ce qu’elle voulait vraiment propager comme message.   

Maginot hypnotisant  

On lui attribue des ressemblances à Phil Collins, Peter Gabriel, James Bay. Pépite québécoise encore en émergence, Elliot Maginot a capté toute notre attention en première partie, mais lui, pour les bonnes raisons.   

[PHOTOS] Cœur de pirate au FEQ: une lumineuse rétrospective
Photo Pascal Huot

Il n’a suffi que de se laisser bercer par sa voix unique, sa pop onirique savamment orchestrée, ses arrangements étoffés portés par quatre musiciens, dont un saxophoniste. Harmonica en bouche, guitare acoustique à la main, il nous a touchés droit au cœur avec la magnifique The Weight. À découvrir sans la moindre hésitation.