/news/provincial
Navigation

Des touristes qui dérangent le voisinage dans le Vieux-Québec

Coup d'oeil sur cet article

 La ville de Québec attire de plus en plus de touristes et, par le fait même, des autobus qui les transportent. Une situation que dénonce le conseiller municipal Jean Rousseau.  

 Si, en 1998, 6000 autocars par année circulaient dans le Vieux-Québec, ce nombre est maintenant passé à plus de 30 000 annuellement. Une situation positive pour les retombées économiques, mais qui apporte également son lot de désagréments: bruit, pollution de l’air, mais également visuelle.  

 M. Rousseau est d’avis que la Ville doit se mettre en mode solution afin de trouver une façon d’améliorer la situation.  

 Il pense notamment à «un stationnement incitatif en périphérie pour interdire la venue de ces autocars».  

 «Quand ça fait la queue-leu-leu jusqu’à la rue D’Auteuil, ça devient absurde, affirme l’élu. Quelque part, le Vieux-Québec, c’est comme un fer à cheval. Tu rentres et tu sors. Mais à un moment donné, quand ces autobus-là tournent, parce qu’on en voit qui reviennent sans arrêt, c’est problématique.»  

 Afin de faciliter la circulation des autobus touristiques, la Ville embauche des répartiteurs qui se chargent de faire respecter la réglementation dans le Vieux-Québec qui interdit, à certains endroits, aux autobus de demeurer stationnés plus de 10 minutes et de laisser les moteurs en marche.  

 Pour les chauffeurs récalcitrants, des constats d’infraction peuvent également être donnés. La Ville estime en distribuer entre 250 et 300 par année.