/opinion/columnists
Navigation

Immigration illégale: où en sommes-nous?

Coup d'oeil sur cet article

Le chemin Roxham se retrouvera de nouveau au cœur de l’actualité cet été. Début juin, on apprenait que les entrées par la frontière passoire de la Montérégie ne cessaient d’augmenter. Aucune surprise ici. Grâce à Justin Trudeau, depuis quelques années, il a gagné une réputation internationale. De partout à travers le monde, on s’y rue. Il suffit de le traverser pour être pris en charge par les autorités canadiennes.

Et même s’ils entrent sous un prétexte, il y a peu de chances que les « migrants » soient retournés chez eux. Le Canada de Justin Trudeau conjugue laxisme migratoire et lenteur bureaucratique. Il cherche à faire passer cela pour une forme supérieure d’humanisme.

Frontières

J’ai eu souvent l’occasion de l’écrire, nous sommes devant un détournement à grande échelle du droit d’asile, qui devient une filière migratoire à part entière. Le droit des réfugiés n’a pas été élaboré pour encadrer des masses humaines en déplacement. S’y référer aujourd’hui à la manière d’une référence sacrée, balisée par des conventions internationales d’une valeur morale supérieure, n’a plus aucun sens. Les vrais réfugiés se perdent dans cette masse.

Ce phénomène frappe toutes les sociétés occidentales, qui semblent désarmées juridiquement et politiquement quand vient le temps de faire respecter leurs frontières. De quelle manière nommer l’arrivée massive de milliers de personnes entrant illégalement chez nous pour profiter de notre société sans en avoir le droit ?

On notera toutefois une étrange pudeur lorsque vient le temps de parler d’immigrés illégaux. Le lobby immigrationniste et ses juristes militants cherchent à nous faire croire que l’expression est inexacte et scandaleuse. Il est même parvenu à convaincre certains médias que l’expression relèverait des « fake news ». Il préférerait qu’on parle de « migrants irréguliers ».

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Appelons ça une manipulation grossière du langage, qui n’a plus pour vocation ici de rendre compte de la réalité, mais de la maquiller. On joue avec les mots pour éviter que le peuple ne se rende compte de ce qui se passe. Certains auront même le culot de présenter ce phénomène positivement. L’immigration illégale serait une chance pour nous !

Nos élites politiques, cela dit, sont d’une complaisance honteuse devant l’immigration illégale. Début juin, la Ville de Montréal a ainsi fait savoir qu’elle continuerait d’offrir ses services municipaux aux clandestins présents sur son territoire.

En d’autres mots, les pouvoirs publics endossent et normalisent le refus de respecter nos lois, et plus encore, la volonté de les contourner explicitement. Il faut rappeler aussi qu’au Canada, l’immigration illégale frappe essentiellement, pour ne pas dire exclusivement, le Québec.

Québec

Les élections fédérales s’en viennent à grands pas. Le gouvernement du Québec devrait en profiter pour interpeller les partis fédéraux afin qu’ils s’engagent à faire respecter la frontière, ce qui passe d’abord, dans les circonstances, par la fermeture, d’une manière ou d’une autre, du chemin Roxham.

À défaut d’avoir les moyens de le faire lui-même, puisque la frontière est de compétence fédérale, Québec devrait faire tout ce qui est en son pouvoir pour amener Ottawa à faire son travail.