/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les indépendantistes et la CAQ

C'est l'heure de l'autonomisme

Les indépendantistes et la CAQ
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Chloé Bell n’est pas une figure connue du grand public, mais son nom n’est pas inconnu des militants souverainistes les plus avertis. En 2018, elle était candidate à la direction des jeunes du Parti Québécois. Je ne crois pas me tromper en disant que c’est une indépendantiste convaincue associée à l’aile «nationaliste» du Parti Québécois, qui était favorable à la Charte des valeurs, à la différence de l’aile «progressiste et diversitaire», qui n’hésite pas à afficher son malaise avec la question identitaire. Le 28 juin dernier, elle annonçait sur sa page Facebook qu’après une pause militante d’un an, elle décidait de rejoindre la Coalition Avenir Québec. C’est désormais dans le cadre de la CAQ qu’elle poursuivra son engagement nationaliste.

Je me permets de citer un passage important de son texte de ralliement. «La fierté d’être québécoise, c’est ce qui a guidé mon engagement politique depuis que j’ai l’âge de voter, et même avant. J’ai toujours chéri le fait de faire partie de quelque chose de plus grand que moi : la nation québécoise. Pour moi, être québécoise, c’est faire partie de la plus grande nation francophone en Amérique du Nord, c’est partager une histoire commune qui s’écrit un peu plus chaque jour avec tous les citoyens du Québec et surtout, c’est savoir se tenir collectivement pour affronter les défis, toujours plus nombreux, qui cogneront à notre porte dans les prochaines années. Après une longue réflexion, influencée par les différents événements politiques récents, je peux maintenant dire que ces valeurs, je les retrouve plus que jamais à la Coalition Avenir Québec. Le nationalisme québécois n’a de sens que s’il permet à ses citoyens d’être fiers de leur langue, de leur culture et de leurs valeurs. La prospérité n’a de sens que si elle rend possible la solidarité et la cohésion sociale. À mon sens, même si beaucoup de chemin reste à faire, la CAQ correspond à cette vision et c’est pourquoi j’y mettrai dorénavant mon énergie et mon temps».

En d’autres mots, nous sommes devant une nationaliste de cœur et de raison qui croit désormais nécessaire de changer de véhicule politique pour servir ses convictions. Chloé Bell n’est pas la seule. Depuis les dernières élections, de nombreux indépendantistes ont fait le choix de rallier d’une manière ou d’une autre la CAQ. Certains travaillent aujourd’hui dans les cabinets caquistes, d’autres font le choix d’aller militer pour la CAQ. Et cela sans compter, les dizaines de milliers d’électeurs souverainistes qui se montrent globalement favorables au gouvernement caquiste et qui mentalement, migrent du PQ à la CAQ. Tout comme le PQ a remplacé l’Union nationale comme principal parti nationaliste. On l’aura compris : pour moi, les indépendantistes qui passent à la CAQ ne cessent pas de l’être. C’est d’ailleurs ce qu’écrivait Chloé Bell sur sa page Facebook dans la discussion suivant sa prise de position. «J'y crois toujours. Je pense aussi qu'indépendantistes et nationalistes devront travailler de concert pour y arriver. Dans le contexte actuel, aucun parti ne peut se targuer d'avoir le monopole de l'indépendance». Les indépendantistes de la CAQ ne se renient pas. Ils acceptent plutôt de situer leur engagement dans un nouveau contexte historique qui est celui du détour autonomiste. Ils y retrouveront des nationalistes de plusieurs tendances dont plusieurs ont déjà, d’une manière ou d’une autre, entretenu un rapport favorable avec ce qu’on appelait autrefois le camp du Oui. Le premier d’entre eux s’appelle François Legault. 

Rien de tout cela n’est vraiment surprenant. Nous sommes témoins d’une recomposition politique semblable à celle qu’a connu le Québec avec la Révolution tranquille. À nouveau contexte historique, nouvelle offre politique. Et la CAQ, en s’emparant de la question identitaire, est parvenue à rallier un grand nombre de nationalistes, d’autant que l’horizon de l’indépendance semble complètement bouché à court terme et que le PQ lui-même était timoré sur la question identitaire. Avec la CAQ, la majorité historique francophone s’est remise au centre de la vie politique. Avec elle, le nationalisme a repris le pouvoir après plus de quinze ans de déconstruction nationale. On peut considérer que le nationalisme de la CAQ manque de substance, ou qu’il ne va pas assez loin. On ne saurait toutefois le réduire à un nationalisme d’apparat: la loi sur la laïcité est là pour en témoigner. Et tout comme il y a eu pendant longtemps une aile autonomiste au PQ qui votait Oui, il semble y avoir aujourd’hui à la CAQ une aile indépendantiste qui semble convaincue que l’avenir politique du Québec passe pendant un temps par un détour autonomiste, susceptible de redonner au Québec une capacité d’action collective. On l’aura compris : les indépendantistes qui passent à la CAQ ne s’imaginent pas que cette dernière fera l’indépendance, mais ne voient pas de contradiction entre le détour autonomiste et l’idéal de l’indépendance.

J’ajoute que les indépendantistes ne sauraient sérieusement se couper du courant nationaliste dominant au Québec sans se condamner à l’assèchement politique. Les indépendantistes ne sauraient se déconnecter complètement du sentiment populaire, comme c’est trop souvent le cas dans une frange du mouvement souverainiste qui se tricote mentalement un pays imaginaire complètement déconnecté du sentiment national ordinaire des Québécois. Il va donc de soi, dans les circonstances, que plusieurs indépendantistes de conviction s’engagent à la CAQ : ils y voient le véhicule du nationalisme québécois dans un nouveau contexte qui n’est plus celui de la course au référendum. Entre une course à l’indépendance largement fantasmatique à court terme et un autonomisme capable de s’opposer directement au régime canadien comme on l’a vu autour de la question de la laïcité, on peut les comprendre de choisir la deuxième option. On ne saurait le leur reprocher, pour peu, évidemment, qu’ils ne sentent pas le besoin de se renier en arrivant dans leur nouveau parti. On peut souhaiter que l’arrivée de plus en plus marquée d’indépendantistes à la CAQ contribuera à renforcer le nationalisme de ce parti. Sur la langue, sur l'immigration, sur l'intégration, sur l'éducation, l'influence des nationalistes venus du PQ ne saurait être négative, au contraire.

Toutefois, l’autonomisme ne saurait être la seule manière possible d’être indépendantiste. Il s’agit d’une option, mais ce n’est pas la seule. Il importe que le courant indépendantiste continue d’exister pleinement, pour garder vivant l’idéal de la souveraineté nationale et assurer sa présence au cœur du débat public. Le Parti Québécois cherche actuellement à se refonder et on ne peut que lui souhaiter bonne chance, pour peu qu’il ne se définisse plus comme un PPP, c’est-à-dire comme un parti progressiste provincial. Il est essentiel que le mouvement indépendantiste conserve une expression politique convaincante. Notre système politique est bipartite, mais si un parti indépendantiste nationaliste parvient à se maintenir, ce sera à l’avantage de tout le monde. Frédéric Bastien, dans son excellent livre Après le naufrage, a mis de l’avant, d’ailleurs, ce que pourrait et devrait être un programme indépendantiste à court et moyen terme. De même, on lira les éditoriaux toujours remarquables de Robert Laplante dans la revue L’Action nationale pour voir ce que pourrait être une politique véritablement indépendantiste, si un parti se montrait capable de la porter. 

À travers tout cela, il importe surtout de garder vivant, au-delà des partis, un courant de pensée indépendantiste. Il faudra, par des colloques, des tables-rondes, des séminaires, des journées de travail, réanimer la conscience indépendantiste chez tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, portent encore en eux cet idéal, et ne seraient pas hostiles à se renaissance si les circonstances le permettaient. Les indépendantistes, aujourd’hui, sont dispersés. Il y en a à la CAQ, au PQ, et ailleurs. Il y en a même chez QS, même si ces derniers évoluent souvent dans une dynamique politique parallèle. Il importe que ces indépendantistes, malgré leurs divisions partisanes, sachent se reconnaître et reconstituent, à la manière d’une amicale politique transversale, le prochain camp du Oui. Ils y parviendront en parlant un langage commun qu’ils n’auraient jamais dû oublier : celui du nationalisme.