/sports/racing
Navigation

Tour de France: «Le rêve continue» –Mike Teunissen

Le Néerlandais conserve le maillot jaune après un contre-la-montre endiablé à Bruxelles

CYCLING-FRA-TDF2019
Photo AFP Motivée par le jaune, l’équipe Jumbo-Visma a surpassé les attentes en remportant le contre-la-montre par équipes.

Coup d'oeil sur cet article

BRUSSELS ATOMIUM | L’équipe Jumbo-Visma est à prendre très au sérieux à ce Tour de France 2019, après une éclatante victoire lors de la 2e étape qui permet au Néerlandais Mike Teunissen de poursuivre l’aventure en jaune au moins un jour de plus.

Lors de ce contre-la-montre par équipes de 27,6 km à travers les rues de la capitale belge, Jumbo-Visma a devancé la puissante formation Ineos, que tout le monde surveillait, par un écart significatif de 20 secondes.

« Le rêve continue, a résumé le Néerlandais Teunissen, âgé de 26 ans. Quand on a entendu qu’on détenait le meilleur temps, le moral a été rehaussé et nous avons volé jusqu’à l’arrivée. »

Dès le départ

Le tenant du titre sur le Tour, Geraint Thomas, et son coéquipier colombien Egan Bernal semblaient se diriger vers la victoire, mais chaque temps de passage a été brisé par leurs adversaires.

Menés par le quadruple champion du monde du contre-la-montre, l’Allemand Tony Martin, les hommes de Jumbo-Visma ont profité de son expérience pour se hisser en tête. En passant à Schaerbeek, la ville natale de Jacques Brel, Ineos entrevoyait déjà sa défaite.

Dernière équipe au départ, Jumbo-Visma a freiné le chrono à 28 min et 57 s, avec une vitesse moyenne impressionnante de 57,2 km/h. Le nouveau champion de Belgique du contre-la-montre, Wout Van Aert, a également contribué à cette victoire qui place le leader Steven Kruijswijk – 5e au classement général l’an dernier – en excellente position pour la suite.

Devant une autre foule monstre, les cyclistes ont démontré leur cohésion et leurs habiletés techniques dans un type d’effort qui n’est pas au programme chaque année.

Faibles écarts

La formation belge Deceuninck-Quick Step termine au 3e rang, à moins d’une seconde d’Ineos et de 21 secondes au total derrière les gagnants du jour.

Jumbo-Visma et son leader-surprise passeront donc au moins une autre journée en jaune jusqu’à l’arrivée en France, lundi, à Épernay. Cinq de leurs coureurs occupent le haut du classement général. Wout Van Aert portera également le maillot blanc du meilleur jeune.

L’équipe Sunweb a pris le 6e rang de l’étape de dimanche, suivie par Katusha-Alpecin. L’équipe Education First du Canadien Mike Woods se classe en 6e position, avec 28 secondes de retard. Rigoberto Uran (EF) et Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) ont réussi à bien se positionner.

Des perdants

De son côté, l’équipe Astana du Québécois Hugo Houle a terminé au 10e rang sur 22 formations avec 41 secondes de retard. « C’est raisonnable. Nous sommes à seulement 21 secondes de Ineos », a confié Houle, qui semblait soulagé après les inquiétudes de la veille.

Avec le 17e rang, la Movistar de Nairo Quintana accuse désormais un retard de 1 min et 15 s. Richie Porte (Trek-Segafredo) n’a pas non plus connu une grande journée, tout comme le pauvre Romain Bardet, qui n’apprécie guère ce type d’exercice collectif. Le Français de l’équipe AG2R pointe à 1 min 29 s après la 19e position des siens.

Sur 215 km plutôt accidentés entre Binche et Épernay lundi l’arrivée en montagne russe se conclura par une ascension de 500 m à 8 % que vise le maillot à pois Greg Van Avermaet.

Houle rassuré par l’état de Fuglsang

Hugo Houle a fait plaisir à une famille du Québec venue l’encourager à Bruxelles.
Photo Jean-François Racine
Hugo Houle a fait plaisir à une famille du Québec venue l’encourager à Bruxelles.

Après avoir frôlé le drame samedi, Hugo Houle et ses équipiers ont semblé passablement rassurés dimanche de voir leur meneur capable de réussir une performance acceptable.

Amoché, le Danois Jakob Fuglsang n’était certainement pas au sommet de sa forme sur la route, mais l’équipe Astana a réussi à limiter la casse en espérant rapidement des jours plus heureux.

Le patron Alexandre Vinokourov était particulièrement inquiet du genou droit de son champion. L’équipe médicale espère aussi une récupération rapide. Pour sa part, Houle semblait soulagé.

« C’est un bon temps pour nous. Nous avons bien roulé. Nous sommes surtout rassurés de voir que Fuglsang a pu suivre l’allure et qu’il n’a pas eu trop de problèmes. On n’a pas fait d’erreur », a expliqué Houle qui se retrouve maintenant au 54e rang au général à 51 secondes du maillot jaune.

Le Québécois de 28 ans, ancien champion canadien du contre-la-montre, estime que le retard sur l’équipe Ineos n’est vraiment pas énorme. « Vingt et une secondes, c’est raisonnable. »

En soirée dimanche, Jakob Fuglsang avait repris du tonus un peu. « Il fait des blagues et il me semble très bien. Il va être à 100 % jeudi pour La Planche des Belles Filles. »

Houle s’attend aussi à une fin de course très animée lundi. « Avec des montées courtes, des gars vont essayer d’attaquer dans le final. C’est bon pour les puncheurs. Il va y avoir de l’action. »

Exténué par un effort court mais intense, Hugo Houle semblait soulagé de la performance de son leader Jakob Fuglsang, blessé sur chute samedi en fin d'étape.
Photo Jean-François Racine
Exténué par un effort court mais intense, Hugo Houle semblait soulagé de la performance de son leader Jakob Fuglsang, blessé sur chute samedi en fin d'étape.

Plus difficile

De son côté, le Canadien Michael Woods a moins aimé son expérience au contre-la-montre dimanche, même si le résultat de son équipe Education First est plutôt bon à 8 secondes seulement de Ineos. Woods se retrouve maintenant au 27e rang à 38 secondes du meneur.

« J’ai souffert comme un chien ! Vraiment, je ne suis pas un spécialiste de ce type d’effort. J’ai survécu », a résumé l’Ontarien après avoir franchi la ligne d’arrivée.

Le Canadien Mike Woods et l'équipe Education First ont réalisé une bonne performance avec une 6e place dans un classement très serré.
Photo Jean-François Racine
Le Canadien Mike Woods et l'équipe Education First ont réalisé une bonne performance avec une 6e place dans un classement très serré.

Avant le départ dimancher, Houle a fait plaisir à toute une famille de la région de Laval, au Québec, qui arborait fièrement un rare drapeau fleurdelisé.

« Nous avons de la famille dans la région de Bruxelles, alors nous en profitons pour venir au Tour de France pour la première fois et, en plus, nous avons un athlète québécois dans le peloton, alors il faut l’encourager », a affirmé Sébastien Cadet, accompagné de sa conjointe et de ses deux garçons.

Sur la route...

  • Après avoir payé 11 millions d’euros pour accueillir le Tour, Bruxelles a eu la décence d’offrir gratuitement le métro, le tramway et les autobus pendant deux jours.
  • Les vestes refroidissantes pour les coureurs sont de plus en plus haut de gamme avec un bel ajustement technique.
  • Isolés dans différents hôtels, les cyclistes qui pèsent leur nourriture n’ont pas eu la tentation ni même l’odeur des frites, gaufres, chocolats et bières artisanales belges.
  • Après un grand départ grandiose, le Tour de France prend la route pour trois semaines de déplacements quotidiens jusqu’à Paris.

Lundi

Étape 3

  • Binche/Épernay
  • 215 km