/news/green
Navigation

De nouvelles mesures annoncées pour protéger les baleines noires

De nouvelles mesures annoncées pour protéger les baleines noires
Photo Jessica Taylor, Anderson Cabot Center-New England Aquarium

Coup d'oeil sur cet article

 Le gouvernement fédéral a annoncé de nouvelles mesures, incluant de nouvelles limitations de vitesse, pour tenter de protéger les baleines noires de l'Atlantique Nord, dans la foulée des morts recensées ces dernières semaines.

 • À lire aussi: Une autre baleine s’échoue sur le bord du Saint-Laurent 

 Dorénavant, tous les navires de 13 mètres et plus, contre 20 mètres et plus auparavant, devront se soumettre à une limite de vitesse de 10 nœuds (18,5 km/h) dans la zone à vitesse réduite. La limite de vitesse sera aussi imposée dans une zone plus large, qui passe de 2,5 à 5 milles marins (4,6 à 9,3 km), à la suite de l'observation d'une baleine noire.

Par ailleurs, cette zone, qui s'étendait sur un vaste secteur du golfe du Saint-Laurent, entre la Côte-Nord jusqu'à la pointe sud des Îles-de-la-Madeleine, a été élargie vers l'est, au-delà des Îles et plus près du détroit de Cabot.

En plus de ces mesures, Transport Canada et Pêches et Océans Canada poursuivront jusqu'au 15 juillet leurs vols de surveillance accrus. Depuis le 29 juin, Transport Canada a augmenté la fréquence de ces vols d'observation de deux par semaine à deux par jour.

Un montant de 5 millions $ sur quatre ans pour financer des initiatives visant à protéger les baleines noires a aussi été annoncé.

Collisions

Ces nouvelles mesures surviennent dans la foulée de la découverte, en juin, de six carcasses de baleines noires dans le golfe. Au moins trois d'entre elles ont vraisemblablement péri après être entrées en collision avec un navire, montrent les résultats préliminaires de nécropsies pratiquées sur quatre des carcasses.

Du 28 avril au 27 juin dernier, Transport Canada avait examiné 111 cas de navires signalés pour non-conformité de la limite de vitesse, sur 1472 passages de bateaux. Cependant, 102 dossiers ont été fermés sans qu'une amende soit imposée, tandis que les neuf autres faisaient toujours l'objet d'une enquête.

Au dernier décompte, il ne resterait plus que 412 baleines noires de l'Atlantique Nord toujours en vie. Les morts comptés à ce jour ont presque effacé les gains de l'espèce au cours du dernier hiver, où sept naissances ont été enregistrées.

Opération de sauvetage

Par ailleurs, des membres de l'équipe de sauvetage des baleines de Campobello ont appareillé, lundi, pour partir en quête des trois baleines aperçues la semaine dernière empêtrées dans des cordages de pêche dans le sud du golfe du Saint-Laurent.

Cet organisme, certifié par Pêches et Océans Canada, se spécialise dans les opérations du genre et opère des équipements spécialisés pour tenter de déprendre les baleines empêtrées.

La mission de sauvetage s'annonce toutefois complexe. «Trouver ces baleines est une tâche difficile dans l'immensité du golfe du Saint-Laurent, car elles sont encore capables de nager et auront changé de position depuis la dernière fois qu'on les a vues. De plus, il n'y a pas de bouées à haute visibilité et les cordes ne sont pas clairement visibles sous la surface», a expliqué Pêches et Océans Canada. De plus, comme ces mammifères peuvent passer de longues périodes sous l'eau, il est possible que les vols de surveillance ne parviennent pas à les localiser.

«Les baleines noires sont parmi les mammifères marins les plus difficiles à désempêtrer en raison de leur taille, de leur force et de leur comportement. Les conditions météorologiques et l'état de la mer sont également des facteurs dont il faudra tenir compte», a aussi averti le ministère.