/entertainment/shows
Navigation

La Galerie: on s’éclate au musée!

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les musées vous semblent froids et guindés? C’est que vous n’avez pas encore trempé dans l’adorable galerie d’art de la troupe Machine de cirque, qui électrise l’art visuel de singulière et physique manière dans La Galerie, l’un des trésors à découvrir du 10e festival Montréal Complètement Cirque. Comme une toile rare et précieuse, mais d’une valeur abordable.

La compagnie québécoise Machine de cirque avait fasciné lors de son passage à la TOHU, l’automne dernier, avec un spectacle éponyme qui dépeignait parfaitement son style en apparence insouciant, mais rigoureux dans sa folie.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

On avait alors l’impression que les six garçons de Machine de cirque avaient été lâchés sur scène comme des chiens fous sur un terrain vague, en se jouant des codes du cirque, tout en exposant leur puissance, sans fioritures inutiles.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

En piochant sur une batterie avec des quilles, en se tortillant le bassin sous une serviette pour éviter de se dénuder ou en escaladant des échafauds, par exemple. C’est l’un des grands bonheurs que nous propose Machine de cirque: un contexte bien implanté, une mise en scène habile, sans flafla, ni trop-plein, ni poudre aux yeux.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

Avec La Galerie, la délurée équipe propose un rendez-vous tout aussi pimpant, au même endroit, neuf mois plus tard. Vincent Dubé, l’un des six membres fondateurs de Machine de cirque, est le directeur artistique de ce nouveau tour de piste, mais ses collègues et lui ont laissé huit autres interprètes, incluant la musicienne Lyne Goulet, prêter corps au collage. On n’y voit que du feu.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

Comme des enfants

Justement, le corps est abondamment exploité dans La Galerie. Ces corps qui, aux balbutiements de la pièce, sont parés d’habits propres et affublés d’air sérieux, et se meuvent sans bruit dans un décor immaculé, construit d’un podium, d’un miroir et de tableaux blancs.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

Mais on réalise rapidement que ce moment de calme ne sera que provisoire. Et il l’est. Quand démarrent contorsions et acrobaties au sol, on saisit qu’on ne s’ennuiera pas.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

Sentiment confirmé quand les quilles virevoltent de tous côtés dans une parfaite harmonie au segment de jonglerie, qui relève d’une réelle virtuosité. Dans toutes les incursions sur, sous et autour de la barre russe, toujours ahurissantes, et dans la portion de roue allemande, qui résonne dans une lumière assourdissante. Lors de la vignette de la table acrobatique, où les grignotines finiront par voler en éclats, avant que l’aspirateur ne vienne gâcher le party. Et lorsque se colore le tableau final, d’une suite de mouvements qui culminera en une magnifique fresque abstraite.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

Ici, peu de costumes démesurés, sauf peut-être celui de la musicienne (et guide du musée). La musique, par contre, devient un personnage en soi. Tout comme (ou presque) les exclamations de l’assistance, qui en redemande à chaque numéro.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

On remarquera d’ailleurs, en prêtant l’oreille à la salle, que Machine de cirque obtient beaucoup de succès auprès des enfants. On ne s’en étonne pas, à simplement constater comment les artistes s’amusent dans leur terrain de jeu.

Célébrer la création

Dans la description de sa nouvelle œuvre, Machine de cirque indique que La Galerie est «une métaphore du chemin emprunté par l’artiste».

Mais on comprendra, sans nécessairement obéir à ce fil conducteur, que l’ensemble a simplement voulu y célébrer la création sous toutes ses formes, en éclatant un lieu – la galerie d’art –, qui est souvent théâtre de grands débordements artistiques, en étant aussi très solennel.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

La Galerie, c’est la démonstration que, dans le monde de Machine de cirque, on peut déconner, sautiller et se bidonner dans l’atmosphère de prime abord réservée d’un musée. Une légèreté qui se consomme comme une brise d’air frais plus que bienvenue en cette période de canicule.

La troupe prouve de surcroît une fois de plus qu’elle est dotée d’un redoutable œil artistique en amenant n’importe quelle matière première, accessoire ou autre, à une prouesse vertigineuse.

 

La Galerie: on s’éclate au musée!
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

 

La virée dans cette «exposition» plus tordue que nature est brève. Une heure vingt, à peine, c’est presque trop peu, tant le circuit est réjouissant. Mais la futée bande de Machine de cirque a probablement compris qu’il est plus judicieux de faire trop court que trop long. De quoi nous donner hâte à notre prochain tête-à-tête avec le groupe.

La Galerie tient l’affiche de la TOHU jusqu’au 14 juillet, dans le cadre du festival Montréal Complètement Cirque.