/news/green
Navigation

Les environnementalistes s’adressent aux tribunaux pour bloquer Trans Mountain

Les environnementalistes s’adressent aux tribunaux pour bloquer Trans Mountain
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des groupes environnementaux représentés par l’organisme canadien Ecojustice ont déposé une requête devant la Cour d’appel fédérale pour tenter de bloquer l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain, récemment approuvée à nouveau par Ottawa.

Selon la requête déposée par les groupes environnementaux, le cabinet du premier ministre échoue, en approuvant Trans Mountain, à sa responsabilité de protéger les orques résidentes du sud, une espèce de baleine sur le point de disparaître.

Le projet d’expansion a pour objectif de tripler la capacité des canalisations existantes pour acheminer environ 890 000 barils de pétrole par jour depuis les sables bitumineux de l’Alberta jusqu’au port de Burnaby, en banlieue de Vancouver, en vue de l’exporter vers les marchés asiatiques.

Les tenants du projet estiment que Trans Mountain permettra de hausser la valeur du pétrole albertain en diminuant la dépendance au marché américain. Le gouvernement fédéral, qui a redonné son feu vert au projet le 18 juin dernier après un second examen de ses impacts, estime qu’il permettra de créer des emplois et de la richesse.

Trafic maritime et climat

Les opposants craignent cependant les impacts environnementaux potentiels du projet, notamment liés à l’augmentation du nombre de pétroliers le long des côtes.

«Le gouvernement ne peut pas approuver un projet qui va mener à l’extinction d’une population [de baleines] en danger critique, que ce soit légalement ou moralement», a dénoncé la directrice du programme nature d’Ecojustice, Margot Venton, par communiqué.

Celle-ci craint aussi l’impact de l’oléoduc sur l’exploitation des sables bitumineux, dans un contexte de réchauffement climatique. «Nous ne pouvons nous permettre de construire un projet qui va augmenter les émissions [de gaz à effet de serre] au moment précis où la science nous dit que nous devons réduire dramatiquement notre empreinte carbone», a-t-elle souligné.

En juin, le premier ministre Justin Trudeau avait affirmé que le Canada se doit d’exploiter ses ressources pétrolières afin de financer sa transition vers des énergies propres.

En voie de disparition

Selon l’organisme américain Center For Whale Research (Centre de recherche sur les baleines), on ne comptait plus que 76 orques résidentes du sud dans le nord-ouest du Pacifique, divisées en trois bandes, en date du 31 mai dernier. Du nombre, seules 24 sont des femelles en âge de se reproduire.

Depuis 1998, 41 orques sont nées et ont survécu, tandis que 73 ont disparu ou sont mortes.