/misc
Navigation

Malgré les fissures, Québec va continuer à utiliser de l’asphalte recyclé

Péribonka route 169 maganée asphalte
Photo Jean-Luc Lavallée

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec veut s’inspirer des meilleures pratiques en matière de route, mais ne veut pas renoncer à l’usage d’asphalte recyclé contrairement à l’Ontario.  

«On regarde les meilleures pratiques qui se font partout ailleurs au Canada et aux États-Unis. Mais quand on parle d’asphalte recyclé, c’est bien différent sur les autoroutes. Il y a 10% d’enrobés recyclés sur les autoroutes et 20% sur les autres chemins», a souligné le ministre des Transports François Bonnardel.   

Le Journal rapportait au matin que l’Ontario a amélioré l’état de ses routes à peu de frais en mettant fin à l’usage d’asphalte usagé et de vieille huile à moteur dans la construction de pavages neufs sur les routes. La province a également rehaussé les tests de qualité pour s’assurer que l’asphalte résistait bien au gel et au dégel.   

Mécontent  

M. Bonnardel affirme toutefois que le Québec est prêt à changer ses habitudes pour améliorer l’état de ses routes. «On a changé notre processus cette année. C’est un défi. Les gens sont fâchés de voir certaines routes, je le suis moi-même», a-t-il dit.   

«Je ne suis pas plus satisfait que les gens de voir ces foutus trous sur les ponts et les routes. On va avoir un plan de match pour assurer un maintien d’actif adéquat pour le futur. Je suis en train de préparer le plan de voirie locale», a ajouté le ministre.   

Le virage qualité de l’Ontario s’est pourtant fait à peu de frais, rapporte le Journal.  

Pas plus cher 

Les nouvelles routes impeccables coûtent quasiment le même prix que les anciennes, selon une experte du ministère des Transports de l’Ontario.   

«Nous nous attendions à devoir payer davantage pour l’asphalte. L’industrie nous avait dit que si nous imposions ces tests, les produits nous coûteraient beaucoup plus. Mais on s’est dit: remplacer une route trois ans après l’avoir refaite, c’est cher! On voulait revenir à l’ère où nos pavages duraient 15 ans, même si ça nous coûtait plus cher», a affirmé en entrevue Becca Lane.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions