/news/politics
Navigation

Québec va accueillir moins de migrants dans ses refuges

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec a officiellement informé Ottawa qu'il va accueillir moins de migrants au quotidien en hébergement à Montréal, a appris TVA Nouvelles.

Dans une autre communication, cette fois avec le cabinet du ministre, il est mentionné que le fédéral a été informé de cette décision le 20 juin dernier.

«Il s'agit d'un processus habituel et préventif, a expliqué à TVA Nouvelles le cabinet du ministre Simon Jolin-Barrette. Ce changement a été réalisé suite à une demande du ministère de la Santé et des Services sociaux dont les centres d'hébergement temporaire subissent une pression supplémentaire durant la période des déménagements qui a cours actuellement au Québec. La diminution du nombre d'arrivées quotidienne permet une meilleure coordination de l’accueil et des services offerts aux demandeurs d’asile dans les centres d'hébergement temporaire.»

On précise qu’«actuellement, les centres d'hébergement arrivent à répondre à la demande» et que «cette mesure est temporaire». «Elle fera l'objet d'une réévaluation et d'un réajustement en temps et lieu», ajoute le cabinet du ministre.

Depuis quelques semaines, ce sont entre 50 et 80 migrants qui franchissent chaque jour la frontière via le chemin Roxham. Et, selon des informations obtenues par TVA Nouvelles, le site de maisons mobiles géré par le fédéral a presque atteint la moitié de sa capacité. Plus de 170 migrants y auraient passé la nuit dimanche, une situation plutôt inhabituelle, surtout depuis la crise de 2017. Les migrants y sont hébergés avant d’être transférés à Montréal dans des refuges temporaires pour la suite des procédures en immigration.

«Le nombre de demandeurs d’asile qui arrive à notre frontière évolue constamment», a réagi la porte-parole principale de l'Agence des services frontaliers du Canada, Rebecca Purdy.

«Pour l’instant, la capacité opérationnelle permet de gérer les volumes, nonobstant la position du MIDI (ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion du Québec), nous n’avons pas atteint la capacité maximale pour l’hébergement à Saint-Bernard-de-Lacolle», a aussi assuré Mme Purdy.

Le député Pierre Paul-Hus, porte-parole des conservateurs à Ottawa pour la sécurité publique et les services frontaliers, dit comprendre le gouvernement de la CAQ d’agir ainsi.

«La problématique demeure la même depuis le début, a-t-il affirmé en entrevue à TVA Nouvelles. C’est l’entente sur les tiers pays sûrs qui cause le problème.»

En cette année électorale, les conservateurs n’hésitent pas à faire connaître leurs engagements en lien avec ce dossier.

«Nous, ce qu’on ferait, c’est qu’on négocierait immédiatement avec les États-Unis afin de changer l’entente, a ajouté M. Paul-Hus. À ce moment-là, les gens qui se présenteraient à Lacolle seraient tout simplement refusés parce qu’ils viennent des États-Unis.»