/news/health
Navigation

Produire des cannabinoïdes à partir de microalgues

SPE-EDU-CONED-JOBS
Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle chaire de recherche dédiée au développement de microalgues génétiquement modifiées pour produire des molécules thérapeutiques, comme les cannabinoïdes, a été lancée lundi à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Les scientifiques de la Chaire de recherche sur l’ingénierie métabolique des microalgues (IMMA) souhaitent prélever des gènes sur des plantes produisant des molécules thérapeutiques pour ensuite les insérer à l’intérieur des microalgues afin que ces dernières puissent fabriquer ces molécules en grande quantité.

«Utiliser des microorganismes pour produire des molécules intéressantes n’est pas nouveau, explique la professeure Isabel Desgagné-Penix qui dirige la Chaire de recherche. Les microbiologistes se servent notamment de bactéries, de levures ou de champignons génétiquement modifiés pour obtenir certains produits. Cependant, ces microorganismes ne sont pas en mesure de fabriquer des molécules très complexes. En nous tournant vers les microalgues, structurellement plus proches des cellules végétales, nous espérons avoir de meilleures chances de produire des molécules thérapeutiques habituellement issues des plantes».

Son équipe souhaite d’abord se concentrer sur la production de deux sortes de molécules issues des plantes de cannabis: le cannabidiol (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC).

«Une fois la faisabilité de ce premier projet démontrée, il sera possible de changer la programmation des microalgues pour produire d’autres types de molécules thérapeutiques».

Le potentiel des microalgues

La professeure Desgagné-Penix explique que les microalgues présentent plusieurs avantages. Elles peuvent, par exemple, être cultivées dans des eaux usées et servir d’agents de décontamination. Elles contribuent également à la réduction des gaz à effet de serre. De plus, une fois les molécules thérapeutiques extraites de leur bouillon de culture, les microalgues pourraient servir à produire des biocarburants.

Financement

La Chaire de recherche IMMA bénéficiera d’un financement total de 2 millions $.

En effet, un partenaire industriel, spécialisé dans le développement de plateformes pour la croissance des algues, compte investir 963 006 $ dans ce projet. Pour compléter le financement de cette nouvelle Chaire, l’organisme Mitacs versera une subvention de 535 333 $ et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) du Canada accordera une subvention de 525 000 $.

Les fonds obtenus serviront notamment au paiement des bourses et salaires de l’équipe, composée de deux professionnels de recherche, une vingtaine d’étudiants et six stagiaires postdoctoraux, ainsi qu’à l’achat d’équipements de laboratoire.