/sports/others
Navigation

Tour de France: l’empereur Viviani

Le Français Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune après la 4e étape, mardi à Nancy

Elia Viviani hurlant sa joie en traversant le fil d’arrivée.
Photo AFP Elia Viviani hurlant sa joie en traversant le fil d’arrivée.

Coup d'oeil sur cet article

Nancy | Absent du Tour de France depuis cinq ans, la fusée italienne Elia Viviani a gagné sa première étape, mais certainement pas sa dernière avant de subir le poids des années.

Pur sprinteur, Viviani a remporté la 4e étape du Tour après une arrivée royale dans les rues de Nancy. Auteur de huit succès au Tour d’Italie et à la Vuelta, le cycliste de 30 ans avait délaissé la Grande Boucle depuis 2014.

Elia Viviani hurlant sa joie en traversant le fil d’arrivée.
AFP

Champion olympique sur piste à Rio, Viviani a devancé d’autres marchands de vitesse comme Alexander Kristoff et Caleb Ewan.

Le Slovaque Peter Sagan termine au 4e rang, suivi par Dylan Groenewegen et son poisson-pilote en voie de le dépasser, le Néerlandais Mike Teunissen.

Frustré à nouveau, le roi Sagan a paru coincé et le chemin ne s’est pas ouvert devant lui. La vedette maintient toutefois son avance en tête du classement aux points devant Viviani.

À la grande joie des partisans du pays, le Français Julian Alaphilippe a conservé le maillot jaune de meneur au classement général.

Grandes ambitions

Non satisfaite de simplement protéger leur maillot jaune, l’équipe Deceuninck-Quick Step avait encore des cartes cachées pour une arrivée musclée, propulsée sans accrochage à plus de 60 km/h.

Les équipes n’ont laissé que peu de chance à l’échappée du jour, laquelle s’est pliée à la règle non écrite dans les 15 derniers kilomètres.

Aucun acteur moindrement connu n’a voulu dépenser des cartouches inutilement sur un parcours plat.

Seuls trois vétérans avec l’ancien champion de Suisse, Mickael Schär (CCC), Yoann Offredo (Wanty) et Frederik Backaert (Wanty) ont animé la course.

Avec une quarantaine de kilomètres à faire, l’écart se situait sous la minute, mais le peloton, un peu cruel, les a laissés souffrir encore.

Au même endroit à Nancy, un autre Italien, Matteo Trentin, l’avait également emporté en 2014 en battant Sagan au sprint.

L’étape longue de 213,5 km s’est terminée après 5 h 9 min 20 s, à 41,4 km/h de moyenne, une vitesse un peu moins rapide que la veille, notamment en raison des vents, selon les cyclistes.

Le rythme moins rapide est peut-être aussi relié aux deux jours plus difficiles à venir : une étape accidentée aujourd’hui et une arrivée au sommet demain à La Planche des Belles Filles.

Vainqueur partout

Viviani a désormais gagné des étapes sur les trois grands tours cyclistes. « Je ne pouvais pas y croire. C’était le gros objectif de l’année. C’était vraiment un travail parfait. Merci à l’équipe. Gagner sur la Vuelta, le Giro et maintenant le Tour de France, ça signifie beaucoup pour moi », a expliqué le vainqueur.

Pour son premier jour en jaune, Julian Alaphilippe a savouré son moment de gloire. « C’était vraiment une super journée. J’ai vraiment apprécié chaque kilomètre. Je n’ai jamais été aussi encouragé », a-t-il ajouté.

Malgré quatre jours sans pluie, le peloton est toujours très nerveux. Plusieurs chutes ont marqué la journée de mardi, celles notamment de Richie Porte, de Serge Pauwels et du Canadien Michael Woods, lequel est rapidement remonté en selle. Touché au coude gauche, l’Ontarien est actuellement 10e, à 51 secondes du maillot jaune.

Classement général provisoire

  1. Julian Alaphilippe, DQT | 14 h 41 min 39 s
  2. Wout Van Aert, TJV | + 20 s
  3. Steven Kruijswijk, TJV | + 25 s
  4. George Bennett, TJV | + 25 s
  5. Michael Matthews, SUN | + 40 s

Maillot blanc (meilleur jeune) : Wout Van Aert, TJV

Maillot vert (meneur aux points) : Peter Sagan, BOH

Maillot à pois (meilleur grimpeur) : Tim Wellens, LTS

À l’infirmerie mardi :

  • Natnael Berhane, COF
  • Richie Porte, TFS
  • Stéphane Rossetto, COF
  • Romain Sicard, TDE
  • Christophe Laporte, COF
  • Alex Dowsett, TKA
  • Tony Gallopin, ALM
  • Serge Pauwels, CCC
  • Magnus Cort, AST
  • Michael Woods, EF1

Sur la route...

Dans une salle de presse avec des centaines de médias, l’accès au réseau sans fil se vend 30 euros (44 $) par jour. Pourquoi si cher ? Orange déploie 32 km de câbles chaque jour. Il faut aussi trois semi-remorques pour 15 tonnes de matériel et 40 techniciens jour et nuit pendant trois semaines.