/news/health
Navigation

Un adolescent de 13 ans a déjà subi sept chirurgies cardiaques

Les spécialistes ne se gênent pas pour le qualifier de patient exceptionnel

Félix Lachapelle brandissait fièrement son poing, hier, au lendemain de son congé d’hôpital, après une septième chirurgie cardiaque. Portant une casquette signée par le gardien Marc-André Fleury, il serrait un ourson en peluche pour atténuer la douleur.
Photo Jonathan Tremblay Félix Lachapelle brandissait fièrement son poing, hier, au lendemain de son congé d’hôpital, après une septième chirurgie cardiaque. Portant une casquette signée par le gardien Marc-André Fleury, il serrait un ourson en peluche pour atténuer la douleur.

Coup d'oeil sur cet article

Un adolescent de 13 ans, qui a déjà subi un impressionnant total de sept chirurgies cardiaques, épate les spécialistes et ses proches par sa force de caractère.

 

« C’est un enfant très malade. Un des cas exceptionnels que je compte sur les doigts de la main en 30 ans », lance la Dre Anne Fournier, spécialiste en pédiatrie.

Depuis sa naissance, Félix Lachapelle vit avec de sévères malformations cardiaques que même les experts peinent à énumérer.

« Cinq heures après l’accouchement, il était bleu et a été transféré d’urgence à Sainte-Justine », relate sa mère, Stéphanie Cardin.

À 3 ans, on lui installait un stimulateur cardiaque. Aujourd’hui, le jeune de Sorel-Tracy a subi sept opérations majeures, et fait preuve d’une résilience hors du commun.

« C’est toujours stressant. Il a plus de risques de fois en fois, fait valoir sa mère. Ça n’a pas été facile, mais on a toujours vécu comme ça. »

Félix possède une feuille de route qui déstabilise les experts chevronnés. Heureusement, son état s’améliore.

Le pire évité

« Là, il est top ! On a pu régler d’autres petits problèmes, souligne avec joie la chirurgienne Nancy Poirier, qui a procédé à ses deux dernières interventions. L’an dernier, on a craint de le perdre. »

« C’est un enfant archi-courageux. Il est déjà sorti de l’hôpital, à peine cinq jours après l’opération ! Ce n’est pas rien », ajoute-t-elle, soulignant au passage leur relation de confiance.

Alors que ses amis attendaient les vacances scolaires pour jouer dehors, lui se préparait à affronter une énième intervention.

« Ça ne me dérange pas. Je me sens bien », confie timidement l’adolescent avec un sourire en coin, au sujet de sa condition.

Lorsque Le Journal l’a rencontré hier, Félix venait de recevoir son congé du CHU Sainte-Justine, la veille. Son opération a été effectuée le jour de sa fête, le 2 juillet. Exténué, mais joyeux dans son fauteuil roulant, il serrait contre son torse un ourson en peluche qu’il doit étreindre pour atténuer la douleur.

Il pèse 72 livres

Malgré les progrès, le petit bonhomme ne pèse que 72 lb, et ne mesure que 4 pi et 6 po.

« Si ton cœur est toujours malade, il prend ton énergie et t’empêche de grandir », résume la Dre Fournier.

Si Félix doit être opéré à nouveau, la greffe de cœur sera envisagée, confirment les professionnels. Pour l’instant, il pense davantage à son 2e secondaire qu’il entamera à l’automne avec ses camarades qui l’aident et le trouvent très courageux, aux dires de sa mère.

D’ici la rentrée des classes, l’ado souhaite s’offrir un chien avec l’argent que sa tante Dominique Tessier lui a amassé en cadeau avec une campagne de sociofinancement.

« Je trouvais qu’il le méritait », a-t-elle indiqué.