/sports/football/alouettes
Navigation

William Stanback veut suivre les traces de Mike Pringle

William Stanback
Photo Agence QMI, Atoma Iczkovits William Stanback

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Nommé au sein des joueurs de la semaine dans la Ligue canadienne de football (LCF) mardi, le porteur de ballon des Alouettes de Montréal William Stanback était surtout honoré d’entendre son nom être associé à celui de Mike Pringle après sa performance spectaculaire de samedi.

Stanback s’est assurément fait de nouveaux partisans lors de cette victoire de 36 à 29 contre Tiger-Cats de Hamilton. L’Américain de 25 ans a effectué 22 courses pour 203 verges et trois touchés. Il est ainsi devenu le premier demi offensif du club montréalais à atteindre le plateau des 200 verges depuis Pringle en 1998.

«C’était amusant. J’étais très excité! a lancé Stanback après l’entraînement. Je n’ai même pas entendu [l’annonceur maison] parce que j’étais dans l’émotion du moment. J’ai aimé Mike Pringle et le genre de joueur qu’il a été à Montréal. Je veux tenter de suivre ses traces.»

Parmi les faits saillants de la soirée, le troisième majeur du porteur figure en bonne position. Au cours de sa course de 21 verges, il a notamment sauté par-dessus un rival avant de plonger pour atteindre de justesse la zone des buts.

«Je l’ai probablement regardé 30 ou 40 fois ce soir-là! a avoué Stanback. C’était un moment satisfaisant pour moi, je n’avais pas eu autant de verges depuis si longtemps.»

Prêt pour plus

Les choses auraient pourtant pu se passer autrement pour Stanback et les Alouettes. Au début du deuxième quart, il a échappé un ballon lorsqu’un seul point séparait les deux équipes. Heureusement, les Tiger-Cats n’ont pas pu faire mieux qu’un placement après cette bourde et les Alouettes ont continué d’utiliser le jeu au sol.

«Je veux construire là-dessus et je veux que les gars se rallient à moi. Je sais que j’ai fait une erreur qui aurait pu changer le match tôt dans la rencontre, mais les gars ont continué de croire en moi.»

Malgré cette charge de travail, Stanback souhaite donc continuer sur cette lancée. Il fera toutefois tout ce que son entraîneur lui demandera pour aider l’équipe.

«Si vous voulez que je porte le ballon 30 fois, je le ferai. Peu importe ce que l’entraîneur veut que je fasse, je suis prêt. Je peux attraper le ballon, je peux bloquer et j’adore courir.»