/news/transports
Navigation

Catastrophe évitée en mai 2018 à l’aéroport Montréal-Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Une tragédie a été évitée de peu le 16 mai 2018, à l’aéroport Montréal-Trudeau, quand un Airbus A310 d’Air Transat et un aéronef bimoteur léger Cessna 421 étaient en approche pour atterrir, révèle un rapport du Bureau de la sécurité des transports (BST) rendu public mercredi. 

Alors que les deux appareils se trouvaient encore à 18 milles marins (33,33 km) de l'aéroport, ceux-ci se sont rapprochés, jusqu'à une distance de 500 pieds verticalement et de 1,7 mille marin (3,15 km) latéralement. La distance minimale requise est près du double, soit 1000 pieds à la verticale et 3 milles marins (5,56 km) latéralement.

Capture d'écran TVA NOUVELLES

Si trois kilomètres peut sembler être une grande distance, elle s'avère bien moins importante une fois dans les airs, surtout compte tenu de la vitesse de déplacement des avions. Ceux-ci se sont donc retrouvés «relativement près l'un de l'autre. Malgré tout, ce n'était pas une proximité extrêmement dangereuse», a analysé Patrick Lafleur, chef pilote chez Passport Hélico, en entrevue à TVA Nouvelles.

«Je ne pense pas qu'il y a matière à être très inquiet. Évidemment, il faut s'en occuper pour que des situations comme ça ne se reproduisent pas, mais, par contre, le système est très bien fait, avec beaucoup de filets de sécurité. Ce genre d'incident arrive très rarement», a poursuivi M. Lafleur.

Le BST impute cet incident au manque d'employés chez NAV Canada pour gérer l'espace aérien. «Il manquait de contrôleurs aériens. Il y avait trois contrôleurs absents au début et un contrôleur a eu un malaise au cours de la soirée», a raconté l'enquêteur responsable du dossier, Kevin Roach, en entrevue à TVA Nouvelles.

Capture d'écran TVA NOUVELLES

L'organisme fédéral explique qu'en temps normal, sept contrôleurs et un superviseur auraient dû être en poste ce soir-là. «Ainsi, six secteurs de l'espace aérien qui sont normalement divisés entre les contrôleurs étaient regroupés et contrôlés par seulement trois contrôleurs, ce qui a agrandi la zone de responsabilité, la charge de travail et le niveau de complexité des tâches des contrôleurs présents», a écrit le BST.

Réaction

L'organisme responsable du contrôle aérien a réagi en fin de journée. Nav Canada voit la publication du rapport du BST comme une occasion d'améliorer la sécurité.

L'organisme a dit détenir un des meilleurs dossiers en sécurité aérienne dans le monde et a rappelé que l'accident a été évité. Nav Canada a aussi assuré qu'il y avait suffisamment de contrôleurs de la circulation aérienne en poste ce soir-là, selon les normes en vigueur.

De son côté, Aéroport de Montréal a affirmé avoir pris connaissance du rapport. «ADM est en communication constance avec NAV Canada et fera un suivi auprès d'eux afin de traiter cette situation», a indiqué le gestionnaire par communiqué.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions