/sports/football/alouettes
Navigation

Chris Ackie souhaitait revenir au bercail

Chris Ackie souhaitait revenir au bercail
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Après quelques semaines à regarder les opportunités qui s’offraient à lui, le secondeur canadien Chris Ackie a décidé de revenir à la maison, avec les Alouettes de Montréal.

En janvier 2018, Ackie avait accepté un contrat d’une saison avec les Moineaux qui lui permettait d’être libéré plus tôt que prévu, soit au début du mois de décembre, pour tenter sa chance dans la NFL. Après quelques mois d’attente ce printemps, il a finalement abandonné l’idée.

«Il y avait quelques opportunités dans la NFL. J’ai attendu, attendu, et finalement je me suis dit: "vous savez quoi, je n’attendrai plus, j’ai une bonne offre de Montréal et je serais stupide de ne pas retourner avec l’équipe qui m’a repêché"», a lancé Ackie, après un entraînement des siens cette semaine.

«Vous savez comment fonctionnent les affaires! Je voulais être ici depuis le début. Je suis heureux d’être ici, prêt à travailler avec une bonne équipe qui s’est grandement améliorée pendant la saison morte.»

Ackie devrait être de la formation dès samedi, lorsque les Alouettes rendront visite au Rouge et Noir à Ottawa, soit l’équipe qui a acquis ses services à la fin de la dernière saison. Il compte bien mettre les bouchés doubles pour bien maîtriser la stratégie défensive du club d'ici là.

«C’est très différent de l’année dernière, disons-le. Mais aussitôt que je suis arrivé, je me suis assis avec Hénoc [Muamba] et nous avons passé à travers [le livre de jeux] pendant des heures. J’arrive tôt au stade et je repars tard pour apprendre.»

Poulin, un joueur d’équipe

Décidément, la ligne secondaire est durement touchée par les blessures cette année. Après Boseko Lokombo lors du premier match de la saison, c’est Glenn Love qui est tombé, samedi dernier contre les Tiger-Cats de Hamilton.

À la première occasion, Jean-Gabriel Poulin avait pris la relève en cours de rencontre pour réussir ses deux premiers plaqués en carrière sur l’unité défensive. Kavis Reed avait toutefois engagé Love quelques jours plus tard.

Cette fois, c’est Ackie qui a été embauché pour remplacer Love. Si Poulin voit une opportunité de se faire valoir s’évaporer, il se dit malgré tout très heureux de l’arrivée d’Ackie, qui pourra aider l’équipe immédiatement.

«On est très content qu’il soit avec nous, a dit Poulin. C’est un gars de qualité avec de l’expérience. Il est très athlétique et il peut sauter sur le terrain pour contribuer tout de suite en défensive.»

L’ancien de l’université Western refuse catégoriquement d’y voir un désaveu de ses patrons, estimant qu’il avait encore beaucoup de travail à faire pour se tailler une place comme régulier au sein de la défensive.

«Je sais qu’il y a beaucoup de choses qui sont prises en compte dans ce genre de décision et je sais que j’ai encore beaucoup de travail et j’ai beaucoup de choses à améliorer avant d’être capable de contribuer en offensive. En ce moment, je continue d’essayer de m’améliorer et de me concentrer sur les unités spéciales pour éventuellement faire mon chemin en défensive.»